/world/europe
Navigation

Le pape François: «une voix puissante» face au changement climatique, selon Kerry

Le pape François: «une voix puissante» face au changement climatique, selon Kerry
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le pape François est «une autorité morale convaincante» dans la lutte contre le changement climatique, a déclaré samedi l'envoyé spécial américain sur le climat, John Kerry, à l'issue d'un entretien avec le chef de l'Église catholique. 

«Le Saint Père est l'une des voix les plus puissantes de la planète, si ce n'est la plus puissante», a déclaré John Kerry dans une entrevue sur le portail d'information Vatican News.

«Mais parce qu'il est au-dessus de la politique et des conflits nationaux, il peut un peu secouer les gens et les amener à la table du dialogue avec un meilleur sens de notre devoir commun», a ajouté l'ancien secrétaire d'État américain.

M. Kerry, qui effectue une tournée en Europe devant le conduire en Grande-Bretagne et en Allemagne, après Rome, a rencontré le pape argentin au Vatican au lendemain d'un entretien avec le premier ministre italien, Mario Draghi.

«Le pape est l'une des plus grandes voix de la raison et une autorité morale convaincante sur le sujet de la crise climatique», a ajouté M. Kerry, soulignant qu'il pensait que François assisterait à la conférence de l'ONU sur le changement climatique en novembre à Glasgow.

«Nous avons besoin de tous dans ce combat», a souligné l'envoyé spécial américain. «Tous les dirigeants du monde doivent venir ensemble et chaque pays doit prendre sa part dans ce combat», a-t-il ajouté.

Le pape, auteur de l'encyclique «Laudato Sii», a souligné que le changement climatique était «l'un des principaux défis auxquels fait face l'humanité» aujourd'hui. Il a réprimandé les pays industrialisés principaux responsables de cette crise, et défendu la cause des populations pauvres qui subiront les plus graves conséquences du changement climatique.

M. Kerry, ancien sénateur et secrétaire d'État sous le président démocrate Barack Obama, a estimé que les prochains six mois seraient cruciaux pour consolider le soutien aux engagements de l'accord de Paris sur le climat de 2015.