/sports/hockey
Navigation

L’entraîneur des Bruins s’attend à pas mal mieux

HKN-HKO-SPO-BOSTON-BRUINS-V-PITTSBURGH-PENGUINS
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les Bruins de Boston espéraient certes un meilleur dénouement pour le début des séries éliminatoires et ils entendent faire oublier leur défaite de samedi avec davantage de conviction en attaque.

Après avoir vu le gardien des Capitals de Washington Vitek Vanecek quitter la rencontre à cause d’une blessure au bas du corps en première période, la troupe de l’entraîneur-chef Bruce Cassidy a plus ou moins testé son remplaçant Craig Anderson. Ce dernier a effectué 21 arrêts pour aider la bande d’Alexander Ovechkin à l’emporter 3 à 2 en prolongation dans le premier duel de la série entre les deux équipes.

Cassidy ne s’en cache pas: il souhaite une plus grande performance des siens, lundi, à l’occasion du duel suivant. «Notre jeu offensif n’était pas à la hauteur. Je ne pense pas que notre avantage numérique fut à point et cela s’est reflété sur notre rendement à cinq contre cinq, a-t-il mentionné au site officiel des Bruins. En gros, sur le plan de l’attaque, ce ne fut pas suffisant. Nous n’étions pas assez durs à affronter.»

Les statistiques tendent à lui donner raison. Brad Marchand et Patrice Bergeron ont totalisé ensemble un tir. Le trio formé de Taylor Hall, David Krejci et Craig Smith en a effectué cinq. À forces égales, les deux premières combinaisons offensives de Boston n’ont pas inscrit de point. David Pastrnak a obtenu une mention d’aide, mais ce fut durant une supériorité numérique.

«On s’est battu. Les Capitals ont joué physiquement très tôt et on a dû composer avec cela. Honnêtement, je crois que nos meilleurs gars ne semblaient pas avoir une bonne soirée. Ils ne pouvaient pas trouver de l’espace. Il faut donner le crédit à Washington. En avantage numérique, on était incapable de fuir la pression et de repérer des joueurs s’étant démarqués», a souligné le pilote.

Et la solution?

Maintenant, celui-ci a quelques idées pour rendre la vie plus compliquée à la brigade défensive de l’ennemi.

«Je pense qu’on peut leur causer plus d’ennuis en conservant la rondelle près de la zone payante, a-t-il précisé. C’était trop facile pour eux de nous arrêter. Par contre, nos attaquants ont fait un bon travail pour créer des revirements avec de l’échec-avant. C’est un aspect de notre jeu que j’ai apprécié. Ce sera mieux si nous pouvons prolonger les bonnes séquences avec nos arrières qui seront mieux synchronisés en empêchant la contre-attaque adverse et en évitant de voir le disque quitter le territoire ennemi par le centre.»

«Peu importe qui était devant leur filet, on n’a pas créé assez d’offensive. [...] Nous avons eu des occasions de marquer dont nous profitons habituellement, mais je crois que nous n’étions pas suffisamment en contrôle.»

TVA Sports diffusera le deuxième affrontement de la série, lundi, à 19 h 30.