/news/society
Navigation

Des coupoles satellites qui deviennent des tableaux

Un couple de Parc-Extension peint les soucoupes vétustes pour enjoliver le quartier

Coupole
Photo Pierre-Paul Poulin En haut de l’escalier, Jonathan Cohen et Lisa Baum, les initiateurs du projet Art Extension, sont allés chez leur voisin Yohann Hétu pour installer une coupole satellite vétuste recouverte par les artistes locaux Dan Svatek et Eva Senecal d’une œuvre intitulée Harald.

Coup d'oeil sur cet article

À l’intérieur de Montréal, le journaliste Louis-Philippe Messier se déplace surtout à la course, son bureau dans son sac à dos, à l’affût de sujets et de gens fascinants. Il parle à tout le monde et s’intéresse à tous les milieux dans cette chronique urbaine.


Dans certains quartiers, les antennes satellites sont omniprésentes et souvent dans un état lamentable, inutilisées depuis longtemps, sales et rouillées.

• À lire aussi: Ils se tuent à l’ouvrage juste pour demeurer en vie

• À lire aussi: Un mystérieux artiste sème des sculptures fantastiques

• À lire aussi: Fin d’un autre campement de fortune

En me rendant à la course dans Parc-Extension, j’ai croisé des immeubles semés d’un nombre ahurissant d’antennes satellites, parfois plus d’une par balcon, comme si une nouvelle était apparue sans que la précédente soit démantelée.

C’est laid, mais je présume qu’avec l’habitude, on finit par ne plus les voir. Bien souvent, personne ne sait à qui elles appartiennent ou ont appartenu. 

Cette œuvre de Camille Zurini s’intitule <i>La fontaine</i> et se trouve au 920, avenue Ball.
Photo Pierre-Paul Poulin
Cette œuvre de Camille Zurini s’intitule La fontaine et se trouve au 920, avenue Ball.

« Je te dirais que trois personnes sur quatre à qui je demande la permission de peindre leur vieille coupole satellite se montrent étonnées d’apprendre qu’elles en ont une ! » me raconte Jonathan Cohen, un résident du quartier qui a lancé le projet Art Extension pour changer ces soucoupes disgracieuses en autant de jolis tableaux.

« Chacun présume que la soucoupe appartient à un voisin et ça peut rester là comme une plaie visuelle inutile pendant des années à accumuler la rouille, puisqu’avec l’internet et le câble, ces antennes servent beaucoup moins qu’avant. »

Inusité

En compagnie de sa conjointe, Lisa Baum, codirectrice du projet, il a fait du porte-à-porte pour dénicher des propriétaires d’antennes vétustes volontaires pour offrir leurs coupoles à des artistes visuels du quartier.

<i>Le Cygne</i>, de José Carlos Valencia, orne la devanture du 7458, avenue Wiseman.
Photo Pierre-Paul Poulin
Le Cygne, de José Carlos Valencia, orne la devanture du 7458, avenue Wiseman.

« On s’est fait regarder drôlement parce que notre proposition de venir démonter leur antenne, de la faire peindre par un artiste et de la leur ramener pour la réinstaller leur semblait vraiment bizarre », dit M. Cohen.

Maintenant que les premières œuvres ont été réalisées, le couple peut montrer des images pour se faire comprendre. 

« J’ai trouvé ça tellement beau lorsque j’ai vu ça dans un groupe Facebook de Parc-Extension que j’ai aussitôt offert l’antenne du deuxième étage chez moi après m’être assuré que mes locataires ne s’en servaient pas », me dit Yohann Hétu, dans la cour duquel j’ai pu assister à l’installation d’une nouvelle soucoupe peinte.

La première phase du projet Art Extension prévoit qu’au moins 25 coupoles satellites du quartier seront peintes, mais le duo aimerait pouvoir les multiplier bien davantage.

<i>La Grecque</i>, de Linda Luttinger, se trouve au 7717, rue Birnam.
Photo Pierre-Paul Poulin
La Grecque, de Linda Luttinger, se trouve au 7717, rue Birnam.

Jolies balades

C’est lors d’un voyage au Costa Rica que M. Cohen et Mme Baum ont trouvé l’idée de peindre les coupoles satellites. 

« On s’est dit que ça ferait une grande différence pour embellir notre quartier », dit Mme Baum.

Cette peinture représentant une femme assise sur son balcon est une œuvre de Melissa McCabe, et s’intitule <i>L’image d’une femme</i>. Elle décore le mur du 7759, avenue Stuart.
Photo Pierre-Paul Poulin
Cette peinture représentant une femme assise sur son balcon est une œuvre de Melissa McCabe, et s’intitule L’image d’une femme. Elle décore le mur du 7759, avenue Stuart.

« Notre projet a reçu une bourse du Conseil des arts de Montréal qui nous permet de verser aux artistes du quartier qui peignent les coupoles un cachet de 400 $ », m’explique M. Cohen.

« À l’automne, une fois que les antennes auront été peintes, on organisera des balades dans le quartier afin de les admirer comme dans un musée à ciel ouvert », s’enthousiasme Mme Baum.


Les lecteurs qui vivent dans Parc-Extension et qui souhaitent proposer leur antenne ou ceux qui veulent suivre le déroulement du projet peuvent le faire par le biais du site du projet : artextension.ca.

À VOIR AUSSI