/news/politics
Navigation

Valérie Plante souhaite encore l’ouverture des terrasses

Coup d'oeil sur cet article

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a réitéré son souhait, à la veille du dévoilement du plan de déconfinement du Québec, de voir les terrasses de la métropole rouvrir pour le 1er juin. 

• À lire aussi: Plan de déconfinement: les rassemblements extérieurs privilégiés?

• À lire aussi: Le plan de Legault sur le déconfinement présenté mardi

«C’est quelque chose à quoi on aspire. Surtout quand on voit, et c’est impressionnant, que Montréal se rapproche de la frontière entre zone orange et zone rouge», s’est enthousiasmée Mme Plante lundi en conférence de presse.

Elle a tenu à souligner le chemin parcouru, alors que la métropole a été l’un des épicentres de l’épidémie au Canada. La situation s’est toutefois stabilisée au cours de la troisième vague.

Le gouvernement du Québec devrait annoncer mardi, en fin de journée, son plan de déconfinement pour la province.  

  • Écoutez l’entrevue de Kim Lavoie, professeure de psychologie en médecine du comportement à l'UQAM   

«Le plan sera fait avec des données, et en faisant attention. Autant pour le gouvernement que pour nous, la santé publique est la priorité», a poursuivi Mme Plante.

La mairesse a ajouté, en entrevue avec TVA Nouvelles, que la Ville est prête à épauler les restaurateurs en vue d'un éventuel feu vert. «On est là pour les aider avec les permis, des terrasses à bas coût, de l'aide financière pour faire des terrasses, toutes sortes de moyens pour leur faciliter la vie parce qu'ils l'ont eue dure».

«On a besoin de lousse, on a besoin d'espoir, on a besoin de nous permettre de faire, peut-être, des petits rassemblements», a poursuivi Mme Plante en réagissant au fait que les parcs étaient bondés à la faveur de la météo estivale de la fin de semaine.

Au début du mois, elle avait évoqué pour la première fois son souhait que les terrasses puissent rouvrir pour la date du 1er juin. Le ministre de la Santé Christian Dubé avait toutefois écarté l’idée du revers de la main, en accusant la mairesse de vouloir plaire à son électorat à l’approche des élections municipales.