/news/coronavirus
Navigation

La fin du couvre-feu vue comme une lueur d’espoir

Le bonheur était palpable avec le plan de déconfinement annoncé mardi

GEN-DECONFINEMENT-QUEBEC
Photo Agence QMI, Joël Lemay Après l’annonce du plan de déconfinement, Marika et André Grenier avaient le sourire aux lèvres en profitant de leur terrasse.

Coup d'oeil sur cet article

À l’approche de l’été, les Québécois n’ont pas caché leur enthousiasme et leur soulagement mardi, surtout pour la fin du couvre-feu, qui leur donnera plus de liberté.

• À lire aussi - «Un été de liberté» pour le Québec

• À lire aussi - Soulagement pour les ciné-parcs et cinémas

• À lire aussi - Enfin du concret pour les restaurateurs

« C’est une lueur d’espoir après avoir passé une année en confinement. J’ai hâte de voir du monde. C’est de ça qu’on avait tous besoin », dit Sabrina Gosselin. 

  • Écoutez l'entrevue de l'épidémiologiste Nima Macouf avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Sous le soleil du parc Laurier, à Mont­réal, elle se réjouissait avec son amie Naomi Moreau du plan de déconfinement annoncé par le gouvernement du Québec.

« Ça va faire du bien pour la santé mentale de tout le monde », croit Rosalie Forget. 

Elle s’était rassemblée à deux mètres de distance avec quelques amis de l’école au parc pour jouer au Spikeball.   

À l’approche des soirées plus chaudes et ensoleillées, la fin du couvre-feu dans moins de 10 jours semble faire l’unanimité. 

« Je n’aimais pas me sentir étouffée [par le couvre-feu]. Je suis comme libre d’apprendre cette belle nouvelle. Le soir, j’aime surtout marcher sous les étoiles et la lune », s’exclame Eve Aubert. 

  • Écoutez la chronique de Caroline St-Hilaire à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio:  

Pas tant un frein

Certains avaient l’impression que l’efficacité du couvre-feu pour freiner la propagation du virus n’a pas été suffisamment prouvée. Pour d’autres, cette mesure instaurée en février « enlevait de la spontanéité à la vie. » 

« Il fallait toujours planifier, regarder sa montre pour rentrer vite à la maison avant 21 h 30. On récupère de la liberté », estime Agustin Buero.

Mère de deux bambins, Jessica Trahan rêve de la soirée où elle pourra réserver une gardienne afin de profiter d’un moment au restaurant avec son amoureux. Ce petit bonheur aurait été plutôt impossible avec le couvre-feu, soutient-elle.  

L’idée de pouvoir organiser des rassemblements privés à l’extérieur, avec un maximum de huit personnes, prochainement, a aussi réjoui bien des Québécois.

« J’ai hâte d’inviter des gens chez moi pour souper. J’ai acheté une belle grande table extérieure pour recevoir au moins 10 personnes que je n’ai jamais pu utiliser », explique Jessica Trahan.  

« Je me suis installé à Montréal en août 2019, et je n’ai pas eu le temps de profiter de la ville. J’ai hâte de faire ma pendaison de crémaillère et de recevoir des gens », lance André Grenier en buvant une bière sur sa terrasse lui offrant une vue sur le parc Laurier. 

Partager ses recettes

De son côté, le foodie Yann Latouche espère bientôt montrer à ses convives ses techniques de fumage et salaison à domicile peaufinées dans les derniers mois.

« Ce fut ma béquille d’avoir des projets culinaires à réaliser la fin de semaine. J’ai partagé avec des proches et la cuisine était mon échappatoire pour garder le moral », dit-il.

– Avec Jean-François Racine

UN VENT DE FRAÎCHEUR SOUFFLE      

« On va enfin pouvoir se réunir à la maison, parce que dans les parcs, les gens s’en foutent un peu. C’est une lueur d’espoir pour la vie normale. On n’est pas à l’abri de rien, mais j’ai l’impression que cette fois-ci, c’est la bonne. »

– Thomas Lafrance, Québec, qui a combattu la COVID-19 en décembre.


« Enfin, une porte s’ouvre et on commence à voir la lumière. C’est un vent de fraîcheur. Je ne m’attendais à rien et ça fait du bien au moral. Plaisir ne peut jamais rimer avec contraintes. »

– Yann Latouche, Québec. Il est président et fondateur chez EvenTouch et responsable du festival Québec Table Gourmande.


« Le couvre-feu ne nous laissait pas beaucoup de temps pour vivre notre vie sociale. On avait toujours 21 h 30 dans la tête. Ça enlevait de la spontanéité à la vie. »

– Luca Brown, Montréal


« J’ai hâte de présenter ma petite fille, âgée de 4 mois, à mes proches et ma famille élargie. Avec le confinement, ils n’ont pas eu la chance de la voir encore. »

– Coralie Tigé, Montréal 

LISEZ TOUTES LES CHRONIQUES SUR LE SUJET   

• À lire aussi - Enfin de l’oxygène: bravo à nous tous!

• À lire aussi - Un déconfinement prudent, étape par étape

• À lire aussi - Lentement mais sûrement, on en voit la fin

• À lire aussi - Enfin, la fin du défi 28 jours!

• À lire aussi - L’état d’urgence ne peut durer éternellement

À VOIR AUSSI...  

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres