/auto/classics
Navigation

L’évolution de la passion automobile au Québec vue par un historien

L’évolution de la passion automobile au Québec vue par un historien

Coup d'oeil sur cet article

Récemment diplômé à la maîtrise en histoire à l’Université du Québec à Trois-Rivières, Raphaël Borcard a rédigé son mémoire sur l’évolution de la passion automobile au Québec entre 1945 et 1974.

Dirigé par l’historien Laurent Turcot, M. Borcard est lui-même un authentique passionné de véhicules en plus d’être enseignant de l’univers social au secondaire. Pour discuter de son ouvrage ciblant le hot-rodding et le stock-car, Antoine Joubert et Germain Goyer l’ont invité à l’émission Le Guide de l’auto sur QUB Radio.

Expliquant les raisons qui l’ont poussé à produire cette recherche, M. Borcard mentionne «qu’il y a beaucoup de préjugés qui vont contre notre passion [de l’automobile]. On est à un moment dans notre société où on remet beaucoup en question l’automobile. Et ceux comme nous qui apprécions l’automobile, on est parfois victime de préjugés. Et la meilleure façon selon moi de combattre les préjugés, c’est par l’éducation.» 

Des centaines de pistes de course au Québec

Si les pistes de course tombent comme des mouches depuis quelques années, la situation était bien différente au siècle dernier. En effet, au cours de cette entrevue, M. Borcard nous apprend que la province du Québec en comptait plusieurs centaines.

Parmi elles, on retrouvait le Riverside Speedway à Laval, qui est désormais tombé dans l’oubli collectif. À son sujet, M. Borcard rappelle que ce lieu accueillait pourtant des courses de calibre international. «On avait des courses qui faisaient partie du circuit de stock-car aux États-Unis. C’était incroyable!» Il s’est d’ailleurs dit surpris, au fil de ses lectures et découvertes, de constater l’importance du stock-car au Québec de même que sa couverture médiatique. «Dans les années 1960, pour le Riverside Speedway, il y avait de la couverture quasiment chaque jour et même dans des quotidiens aussi gros que Le Journal de Montréal», raconte-t-il.

Une passion vécue au quotidien

Pour ce mordu de l’automobile, la passion n’est pas que théorique. En effet, il possède quelques voitures anciennes et inusitées qu’il était bien fier de présenter en fin d’entrevue. Au moment de cette dernière, il se trouvait justement à bord de son AMC Concord 1979 dont l’acquisition remonte à l’époque au cours de laquelle il étudiait au cégep.

«Parmi mes autres voitures, je possède une Chevrolet Biscayne 1965, fabriquée au Canada, [...], un GMC Sierra 1985 et j’ai un projet que je garde pour ma fille : c’est un Jeep Grand Cherokee 1979.» 

Actualités de la semaine

Au cours de cette émission, il a aussi été question d’une action collective déposée par l’APA contre le bris des transmissions à variation continue (CVT), du nom du futur VUS électrique de Subaru, de Lawrence Stroll qui conservera le Circuit Mont-Tremblant, de Tesla qui n’accepte plus les Bitcoins et de la valeur des véhicules d’occasion

Essais routiers

Toujours au cours de la même émission, Antoine Joubert et Germain Goyer ont livré leurs impressions sur les Chevrolet Suburban Duramax 2021 et BMW M5 Competition 2021

Réponses aux questions du public

Antoine Joubert et Germain Goyer répondent aux questions du public concernant le volume de l’habitacle d’un VUS compact comparativement à celui d’une berline intermédiaire, l’achat d’une voiture cabriolet d’occasion de même que l’Alfa Romeo Stelvio 2018. 

Le Guide de l'auto, c'est tous les samedis à 10h sur QUB Radio, et en reprise le dimanche à 14h.