/news/society
Navigation

Une initiative pour connecter les aînés

Une centaine d’aînés recevront une tablette

tablette
Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Une aînée vivant seule dans une résidence de Montréal se réjouit de l’initiative d’un organisme qui lui a offert une tablette pour briser son isolement et celui d’autres personnes âgées dans sa situation.

• À lire aussi: Combien faut-il avoir épargné à 40 ans en vue de sa retraite?

« Il y en a plusieurs dans la salle à manger qui ont toujours la tête basse dans leur assiette et qui ne parlent à personne. Je constate beaucoup de déprime, parce qu’il n’y a plus grand-chose d’intéressant dans la vie. On est coupés du monde extérieur », déplore Aurore Samman depuis la résidence pour aînés L’Alto, dans le quartier de Saint-Laurent, à Montréal.

Depuis décembre dernier, l’aînée a obtenu l’une des cinq premières tablettes électroniques distribuées gratuitement à des aînés de 65 ans et plus par le Centre d’action bénévole et communautaire ABC.

Elle participait à la phase d’essai de cette initiative qui vise à briser l’ennui et l’isolement des aînés, pour qui la solitude pèse lourd depuis le début de la pandémie.

Car en plus de ne pas avoir accès à des visites en raison du confinement, la majorité de leurs activités entre les murs de la résidence ont dû être annulées.

« Manger seule dans son coin, ce n’est vraiment pas agréable, souligne tristement Mme Samman. C’est une excellente idée, ce projet. Ça va définitivement agrémenter la vie des aînés. »

Grâce à sa tablette, elle participe à des conférences, joue à des jeux et écoute des concerts. « C’est vraiment génial ! », dit-elle.

Que le début

Mais ce n’est que le début puisque le Centre ABC prévoit connecter plus d’une centaine d’aînés pour commencer, « le plus rapidement possible », explique Annabelle Mazoyer, agente de développement et des communications.

Ces derniers reçoivent alors une tablette, une formation pour la plateforme conçue sur mesure et une connexion internet, s’ils n’en ont pas déjà une à domicile.

« On voulait quelque chose qui soit facile d’usage. On va commencer avec ceux qui sont le plus isolés et qui ont le plus besoin de soutien », précise-t-elle.

Une tablette coûte environ 200 $ à l’organisme tandis qu’une connexion tourne autour de 350 $ pour un an : un coût significatif pour le centre bénévole.

« On va essayer de regrouper les connexions pour diminuer les coûts, poursuit-elle. Mais ça se passe bien et on a bon espoir qu’on pourra rejoindre plus d’aînés. »

À VOIR AUSSI...