/opinion/columnists
Navigation

Lentement mais sûrement, on en voit la fin

GEN - VACCINATION ALOUETTES JOUEURS ET PERSONNELS
Photo Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

Bon, ça y est, c’est la fin.

Enfin, pour être plus précis, le début de la fin. 

À partir du 28 mai, après 15 mois à porter un couvre-visage, la vie confinée va enfin commencer son lent strip-tease.

D’abord, les terrasses, les rassemblements dans les cours et la levée du couvre-feu. 

(Le premier but, comme on disait dans les années 1950, en parlant des relations sexuelles.)

Puis les terrasses des bars.

(Le deuxième but.)

Et enfin, elle va laisser tomber le masque. 

(Le troisième but.)

J’imagine que plus tard, on annoncera la fin de la quarantaine pour ceux qui reviennent de voyage.

(Le coup de circuit.)

On va enfin pouvoir voir le beau visage de notre ancienne vie ! Et l’embrasser à bouche que veux-tu !

Après 15 mois !

Comme Ulysse qui revient à Ithaque après un long périple qui l’a mené à affronter vents et tempêtes !

  • Écoutez le commentaire de Richard Martineau sur QUB radio:

RETOUR À LA SURFACE

On dirait des explorateurs sous-­marins qui reviennent à la surface après avoir exploré le Titanic

Il faut faire ça par étapes.

Trop vite, on explose. 

Il faut respecter le protocole. 

Comme j’ai lu sur un site consacré à la plongée sous-marine : « La remontée est un moment où le plongeur est soumis à de nombreux risques. Il doit en particulier veiller à sa vitesse de remontée, effectuer correctement ses paliers et surveiller le comportement des plongeurs de sa palanquée. Un plongeur doit remonter lentement, de façon continue. Il ne doit pas faire de yoyo. »

Bref, lentement, mais sûrement. 

À la fin de l’été, nous serons tous de retour sur la plage, à faire le party. 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

MERCI AUX VACCINÉS !

Pourquoi on peut enfin commencer à respirer ?

Parce que nous nous sommes fait vacciner.

Un gros merci à ceux et celles qui ont répondu à l’invitation du premier ministre. 

Vous avez agi en citoyens­­­ responsables. 

Les autres, les Maxime Bernier du Québec qui roulaient des mécaniques en disant qu’ils n’avaient pas besoin d’une des plus grandes avancées scientifiques de l’histoire de l’humanité pour se protéger, juste un mot pour vous dire que vous pourrez vous aussi profiter du déconfinement que NOUS vous offrons. 

De rien, pas besoin de nous remercier, de toute façon, nous savons que vous en êtes incapables. 

Trop centrés sur votre nombril. 

Certes, il y aura des déçus, aujourd’hui­­­.

Les propriétaires de restos, par exemple, qui n’ont pas la chance d’avoir de grosses terrasses et qui auraient aimé ouvrir leurs salles à manger au plus sacrant. 

Ça va venir. 

Bientôt. 

Et ne craignez rien : dès que ça va être possible, vous allez être pleins. Remplis à craquer. Soir après soir, après soir. 

Vous allez être tannés de nous voir la face !

SORTEZ-MOI DE MOI !

« Une crise comme l’actuelle pandémie est l’occasion d’une prise de conscience, une opportunité d’un retour sur soi, a dit le philosophe Frédéric Lenoir. 

On peut profiter de ce temps de confinement pour réfléchir à sa vie, savourer ses états d’âme. 

On a rarement le temps de faire ça. C’est important de vivre ces moments de ralentissement. »

Ça fait 15 mois qu’on réfléchit à notre vie. 

Pouvons-nous juste avoir du fun, maintenant ?