/opinion/columnists
Navigation

De l’antisémitisme importé à Montréal

GEN-MANIF-ISRAEL
Photo Agence QMI, Thierry Laforce L’antisémitisme est inacceptable.

Coup d'oeil sur cet article

Rappelons d’abord un principe fondamental.

Les Palestiniens sont en droit d’avoir leur propre pays, et les Juifs aussi. Ces deux peuples vivront en paix s’ils parviennent à se séparer. L’État palestinien doit naître, Israël doit demeurer. C’est seulement à travers cette reconnaissance mutuelle que cette région du monde peut espérer s’apaiser. 

De même, les Palestiniens sont en droit de vivre en paix et les Israéliens sont en droit de se défendre quand le Hamas bombarde leur population civile. 

Manifestations

Le conflit israélo-arabe ne tolère pas les résumés simplistes. L’embrasement de cette région est tragique. S’il est un conflit qu’on doit aborder sans manichéisme, c’est celui-là.

Il faut toutefois constater que ce débat, lorsqu’il déborde chez nous, prend un autre visage.

  • Écoutez la chronique de Mathieu Bock-Côté avec Richard Martineau sur QUB radio:

Dimanche, à Montréal, des membres de la communauté juive se rassemblaient au centre-ville pour marquer leur solidarité avec la population israélienne, bombardée par le Hamas.

On peut être très critique envers l’État d’Israël, notamment en ce qui a trait à la fameuse politique de colonisation, et n’apprécier d’aucune manière Benjamin Netanyahou, mais chose certaine, les gens qui se rassemblaient le faisaient pacifiquement. 

On pouvait être en désaccord avec eux. Encore fallait-il l’être dans un esprit démocratique. 

C’était sans compter, toutefois, sur la présence des manifestants pro-palestiniens radicalisés, habités, pour peu qu’on se fie à leurs slogans, par la tentation du pogrom.

Allah Akhbar ! Sales Juifs ! Mort à Israël ! L’islamisme décomplexé se déployait sans gêne à Montréal. 

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

CTV a d’ailleurs rapporté le lendemain que de jeunes pro-Palestiniens ont voulu aller faire un raid à Côte-Saint-Luc pour tabasser des Juifs. C’est dément.

Chez ces manifestants radicalisés, la haine des Juifs est souvent revendiquée. Elle se masque toutefois de plus en plus sous les traits de l’antisionisme, comme l’avait noté dès les années 1970 René Lévesque. 

L’antisémitisme, véritable maladie de l’âme humaine, consiste à transformer le peuple juif en bouc émissaire absolu. Il est très vivant aujourd’hui au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, et accompagne souvent les populations qui en proviennent et s’installent en Occident.

Nous sommes ici devant un antisémitisme importé, comme on le voit en Europe, où les Juifs sont de plus en plus persécutés dans certains quartiers « diversifiés ».  

Évidemment, le multiculturalisme canadien, qui veut nous faire danser la farandole de la diversité heureuse, cherche à masquer cette réalité, pourtant indéniable. 

Vigilance

Dimanche, à Montréal, au Québec, les jeunes islamisés radicalisés se permirent même de lancer des roches sur les manifestants juifs, comme le rapportait Francis Pilon, du Journal, et de vandaliser des voitures affichant le drapeau israélien. 

Étrangement, dans certains médias, l’histoire des derniers jours était racontée autrement. On nous expliquait globalement que deux communautés se seraient affrontées au centre-ville. En gros, des gens se rassemblent paisiblement, d’autres les insultent et les attaquent, mais au final, il faudrait prétendre que la responsabilité est également partagée.

Faux. Les Juifs manifestaient pacifiquement, les pro-Palestiniens radicalisés les ont agressés. 

Cette évidence devait être rappelée.