/news/currentevents
Navigation

Dur lendemain de veille à la plage d’Oka

Coup d'oeil sur cet article

Bouteilles d’alcool, morceaux de vêtements, restants de repas: les traces de party étaient toujours visibles à Oka, jeudi, au lendemain de l’évacuation de la plage en raison du non-respect des règles sanitaires par les fêtards.

• À lire aussi: «Ça retarde notre sortie de crise», estime la ministre Proulx

• À lire aussi: Un millier de personnes expulsées de la plage d'Oka

• À lire aussi: Le camping sera interdit sur les plages de Gaspé

Le maire de la municipalité, Pascal Quévillon, se dit inquiet de leur affluence dans ce lieu familial.

Il soutient que la présence de ces personnes sur la plage est principalement due à la fermeture des bars.     

  • Écoutez Marie-Anne Lapierre en direct de la plage d'Oka, au micro de Richard Martineau sur QUB radio:    

«Ce genre de personnes, la problématique c’est les fêtards, on l’a vu, ce genre de personnes là ne viennent pas à la plage d’Oka habituellement, ils vont ailleurs. Mais étant donné que les autres endroits sont fermés, que les bars sont fermés, les "after-hours" sont fermés, les gens se retrouvent là, ils font la fête», a-t-il déploré à la caméra de TVA Nouvelles.

Marie-Anne Lapierre/TVA Nouvelles

M. Quévillon croit que le gouvernement devrait intervenir pour aider les employés de parcs qui doivent faire respecter les mesures sanitaires aux fêtards.  

  • Écoutez l'entrevue du maire d'Oka, Pascal Quevillon, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

«Les gardes de parcs, ils font ce qu’ils peuvent. Ce ne sont pas des policiers, ce ne sont pas des gardiens de sécurité. Moi je crois vraiment qu’ils ont besoin d’aide. Le gouvernement devrait s’impliquer plus dans ce dossier-là puis débloquer des budgets pour essayer d’alléger un peu le travail des gens de la Sépaq», a lancé le maire.

Pas la première fois

De nombreux fêtards ont aussi pris d’assaut la plage d’Oka samedi dernier et plusieurs manquements aux mesures sanitaires ont pu être observés.

Les nombreux avertissements lancés par les employés du parc national semblent cependant avoir été davantage écoutés puisqu’ils n’ont pas eu à fermer le site, contrairement à mercredi.

  • Écoutez l’entrevue de Michel Girard, président régional pour Lanaudière-Laurentides-Outaouais du syndicat des employés de la Sépaq

Par contre, afin d’éviter de futurs débordements, les autorités ont décidé de limiter la capacité d’accueil à 1000 personnes dès jeudi.

Le parc national d’Oka avait aussi dû fermer une journée en début de saison, en juin 2020, pour les mêmes raisons.