/world/america
Navigation

Haïti: taux de décès de la COVID-19 «alarmant», mais pas de vaccins avant fin juin

Haïti: taux de décès de la COVID-19 «alarmant», mais pas de vaccins avant fin juin
Photo d'Archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Port-au-Prince | Les autorités haïtiennes se sont inquiétées vendredi d’un taux de décès de la COVID-19 «qui commence à être alarmant», alors que le pays ne recevra pas son premier lot de vaccins avant «fin juin ou début juillet».  

• À lire aussi: COVID-19: le vaccin réduit de 87% le risque d’être hospitalisé chez les plus de 75 ans

• À lire aussi: Virus: la Suède en tête des contaminations dans l’UE

«Nous avons observé un taux de décès des personnes hospitalisées qui commence à être alarmant», a déclaré Lauré Adrien, directeur général du ministère de la Santé et de la Population. Si la situation «continue comme cela, nous allons droit vers la catastrophe» a ajouté le docteur lors d’une conférence de presse.

Les autorités sanitaires redoutent une flambée de contamination suite à la détection, la semaine dernière, des variants anglais et brésilien dans le pays.

En raison d’une quantité minime de tests réalisés, les statistiques officielles demeurent sous-évaluées et recensent, depuis mars 2020, moins de 14 000 cas pour 276 décès officiellement attribués à la COVID-19.

Une large majorité d’Haïtiens, très défiants à l’égard des autorités, restent sceptiques quant à la dangerosité voire même à l’existence de la COVID-19.

Rares sont les citoyens à porter des masques à travers le pays où écoles, commerces églises et marchés fonctionnent le plus souvent sans le respect des gestes barrières.

Haïti, l’un des 11 pays du monde n’ayant pas encore commencé sa campagne de vaccination, devrait recevoir 130 000 doses d’AstraZeneca «d’ici fin juin ou début juillet», selon Lauré Adrien.

L’île des Caraïbes recevra ces vaccins à travers le programme Covax, mécanisme mondial de fourniture de vaccins aux 92 pays les plus pauvres.

Les autorités sanitaires haïtiennes ont annoncé vendredi l’ouverture prochaine d’un «registre d’inscription» pour les personnes qui voudraient être vaccinées.

«Les professionnels de santé, les professeurs, les travailleurs sociaux» seront notamment «des groupes prioritaires», a précisé Lauré Adrien.

Les personnes de plus de 50 ans seront les premières ciblées par la vaccination, qui sera également ouverte aux personnes présentant des risques de comorbidités, a-t-il ajouté.

En Haïti, plus de la moitié des habitants ont moins de 20 ans et parmi eux, un tiers a moins de 14 ans.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.