/investigations
Navigation

Île d’Orléans: la FPJQ condamne un règlement «risible»

Coup d'oeil sur cet article

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) condamne le règlement de la Municipalité de Saint-Jean, à l’île d’Orléans, qui interdit de filmer les élus et prohibe l’usage du cellulaire lors des séances du conseil municipal.

Renversé par cette nouvelle entrave au droit du public à l’information, rapportée dans nos pages hier, le président de la FPJQ, Michaël Nguyen, se désole de voir une Municipalité aller aussi loin pour interdire les enregistrements audio et vidéo.

Rappelons que le simple fait de tenir en mains un cellulaire ou de le « laisser à la vue » dans la salle du conseil pourrait valoir à tout citoyen – incluant un journaliste – une amende de 200 $ à 400 $.

« C’est risible et disproportionné. Ça va plus loin que ce que font déjà d’autres municipalités qui cherchent à contrôler au maximum tout ce qui se passe. Ça n’a aucun sens », a réagi M. Nguyen.

Plus sévère

Le règlement adopté à Saint-Jean est encore plus sévère que les règles de pratique dans les salles de cours des tribunaux québécois, expose celui qui est également journaliste judiciaire au Journal de Montréal.

« Il faut se rappeler que les élus sont redevables à la population. S’ils ne veulent pas qu’on scrute ce qu’ils font, ils n’ont qu’à travailler dans une entreprise privée », martèle-t-il.