/investigations
Navigation

Pont de l’Île-aux-Tourtes: l’armature a cédé malgré des avertissements répétés

Des erreurs sur le chantier sont à l’origine de la fermeture du pont de l’Île-aux-Tourtes

Coup d'oeil sur cet article

Une série de cafouillages sur le chantier du pont de l’Île-aux-Tourtes a mené à un bris majeur et forcé la fermeture d’urgence de cette structure névralgique entre l’île de Montréal et Vaudreuil, hier.

• À lire aussi - Le pont de l'Île-aux-Tourtes fermé d'urgence

• À lire aussi - Pont de l’Île-aux-Tourtes: cauchemar pour les automobilistes

Selon plusieurs sources consultées par notre Bureau d’enquête, les travaux qui visent à garder ce vieux pont sécuritaire pendant encore une décennie ont mal tourné depuis la fin avril.

Au cœur du problème : les poutres de rive situées aux extrémités du tablier en direction ouest. Rongées depuis des décennies par le sel de déglaçage, elles sont tellement affaiblies qu’elles nécessitent des tiges externes pour les renforcer. 

Une voie de circulation était d’ailleurs fermée depuis quelques années pour réduire les charges sur ces poutres.

Le 30 avril dernier, le ministère des Transports du Québec (MTQ) aurait été avisé qu’une méthode dans les travaux proposés par les ingénieurs risquait d’endommager les tiges de renforcement, qui sont vitales pour que les poutres puissent jouer leur rôle.

Les poutres de rive du pont de l’Île-aux-Tourtes sont lourdement endommagées. En mortaise, on voit la photo d’une de ces poutres qui présente des « fissures de cisaillement », du « délaminage » et de « l’éclatement » de béton, selon le dernier rapport d’inspection daté de 2019.
Photo TVA Nouvelles, André Paquette et courtoisie
Les poutres de rive du pont de l’Île-aux-Tourtes sont lourdement endommagées. En mortaise, on voit la photo d’une de ces poutres qui présente des « fissures de cisaillement », du « délaminage » et de « l’éclatement » de béton, selon le dernier rapport d’inspection daté de 2019.

Le chantier a néanmoins suivi son cours. Puis, le 12 mai, il s’est avéré que les tiges subissaient réellement des dommages. L’entrepreneur Construction BauVal aurait même refusé de continuer les travaux.

Le MTQ a alors annoncé la fermeture d’une deuxième voie sur le pont en direction ouest dans un bref communiqué, sans divulguer publiquement les risques pour les tiges.

D’autres tentatives pour mener à bien les travaux ont tout de même été menées avec une autre entreprise. Puis, ce mercredi, catastrophe : ces tentatives ont lourdement endommagé au moins une tige de renforcement.  

  • Écoutez l'entrevue de Caroline St-Hilaire avec Jean-Louis Fortin, directeur du Bureau d'enquête de Québecor, sur QUB radio:    

Sous haute surveillance

Hier, le ministère a conclu que le pont ne pouvait plus être ouvert à la circulation des 87 000 automobiles et camions qui l’empruntent chaque jour.

« La fermeture complète est jugée la seule option responsable pour assurer la sécurité des usagers de la route », a brièvement justifié le MTQ, qui a convoqué les médias ce matin pour fournir plus d’explications.

Nos sources confidentielles s’entendaient hier soir pour parler d’une durée de fermeture qui risque de se compter en semaines plutôt qu’en jours.

Le pont de l’Île-aux-Tourtes, construit en 1965, fait près de 2 kilomètres de long et est sous haute surveillance depuis la découverte de fissures en 2015. 

Dès l’année suivante, le MTQ a amorcé des travaux pour renforcer les poutres en béton précontraint avec des pièces en polymère et en fibre de carbone. 

On prévoyait à l’origine que des travaux de trois ans seraient suffisants, mais le renforcement se poursuivra finalement jusqu’en 2025.

En 2018, Québec a pris la décision de reconstruire entièrement l’ouvrage d’ici 2030.

« Au cours des dernières années, les dommages observés sur le pont se sont multipliés », résume une étude de la firme WSP datée de février dernier, produite dans le cadre du projet de construction du nouveau pont.   

  • Écoutez l'entrevue de Caroline St-Hilaire avec Mario Fafard, professeur de génie civil spécialisé en structures à l’Université Laval, sur QUB radio:   

Comme Champlain

Les déficiences aux poutres de rive observées au pont de l’Île-aux-Tourtes ne sont pas sans rappeler ce qui s’est passé sur l’ancien pont Champlain, construit à la même époque et avec des matériaux semblables, à partir du milieu des années 2000. 

En novembre 2013, le pont Champlain avait été fermé d’urgence après la découverte d’une inquiétante fissure. 

Cela avait mené à l’installation d’une « super poutre » et d’une armature externe pour que la structure tienne le coup encore quelques années, jusqu’à l’ouverture d’un nouveau lien à l’été 2019.

À VOIR AUSSI...     

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.