/weekend
Navigation

Des webséries à découvrir

Coup d'oeil sur cet article

Il se fait de bien bonnes webséries. Des formats courts. Des incursions dans le quotidien de personnages bien campés. Des séries qui exploitent l’humour ou qui viennent chercher nos émotions. On vous propose ici un regard sur des fictions québécoises qui ont débarqué dans les derniers mois sur différentes plateformes. Des œuvres à part entière, authentiques, qui reflètent souvent des réalités qu’on voit moins dans les formats télévisuels traditionnels. Des séries web à découvrir. 

L’arène

Photo courtoisie

Créée par Marjorie Armstrong qui incarne le personnage principal, L’arène s’intéresse au milieu des tournois de rap (rap battle). Fred est une jeune mère qui peine à joindre les deux bouts. Dans la première saison, sa participation à un tournoi avait pour but d’attirer l’attention de son ex, habitué au genre, et de se venger en l’affrontant. Dans la deuxième saison, sa participation à une compétition devient son seul espoir de rembourser une dette venue l’enfoncer davantage. À noter : la saison 1 s’est démarquée au festival Canneséries de Cannes en 2018. Plusieurs visages de la scène rap y figurent.

Téodore pas de H

Photo courtoisie

Cette charmante série à l’humour décalé suit le parcours de Téo, un gars de 30 ans qui entreprend de finir son secondaire alors qu’on lui diagnostique un TDAH, et qui nous fait part de tout, vraiment tout ce qui se passe dans sa tête. C’est aussi l’histoire de sa première colocation avec Habib, un gars aussi tendre que bordélique et de son amour impossible pour la belle Agate (pas de H non plus), sa conseillère pédagogique. Dans la deuxième saison, Téodore décroche son diplôme d’études, et puisqu’il n’est plus étudiant, tente tout pour conquérir Agate. Cette websérie réalisée par Julien Hurteau met en vedette Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques ainsi que Daniel et Nathalie Doummar (qui en est aussi l’autrice). La structure narrative qui permet de vivre les événements dans la tête de Téo comme dans celle d’Agate est assez savoureuse.

La loi c’est la loi

Photo courtoisie

Cette série déjantée, créée et jouée par Emile Schneider et Hugolin Chevrette, met en scène un corps de police révolutionnaire : la SPTM ou Société de Police Tactique de Montréal qui soupçonne tout un chacun. Avec elle, personne n’est au-dessus de la loi et tout est sujet à offense. La police a des quotas à respecter. En cinq épisodes de quinze minutes, on suit une semaine type des agents Éric et Steeve. C’est la mère de Steeve (Pascale Bussières) qui dirige la centrale. Presque tout le monde y passe, même les plus innocents. Mais les pires pourris s’en sortent. La réalisation de Vincent RC nous transporte aux quatre coins de Montréal dans un genre docuréalité disjoncté. Une proposition assez divertissante.

  • Disponible sur les plateformes de Télé-Québec et de TV5-Unis

Meilleur avant

Photo courtoisie

Cette série est une autre preuve que le web permet des ovnis créatifs en assurant un terrain de jeu à des talents émergents. Le trio à la base de la série, travaille à Montréal comme à Toronto. Meilleur avant, c’est l’histoire de Fred, étudiant en philosophie dont la thèse porte sur Nietzsche, qui est embauché pour faire le ménage d’une épicerie ouverte 24 heures. Durant son quart de nuit, il côtoie des collègues et des clients tous aussi étranges les uns que les autres. S’il reste d’abord en retrait, Fred comprendra bientôt où est sa place. On décèle dans la lenteur et l’étrangeté un clin d’œil à David Lynch et à son mythique Twin Peaks.

  • Disponible sur les plateformes de Télé-Québec et de TV5-Unis

Les fleuristes

Photo courtoisie

Cette série humoristique raconte les péripéties de Walid (l’humoriste Anas Hassouna), un jeune humoriste dont la carrière ne décolle pas, ni même dans les centres pour personnes âgées. Son agent le largue et sa mère veut le voir quitter la maison. Il est forcé de travailler comme fleuriste avec son oncle. Celui qui vend les fleurs préférées de nombreuses vedettes... Cette cohabitation intergénérationnelle permet à Walid de retrouver ses racines et aux deux comparses d’avoir de la bienveillance et de se découvrir de la fierté l’un pour l’autre.

  • Disponible sur la plateforme de Télé-Québec

Conférence de presse

Photo courtoisie

Depuis un an, on n’a jamais autant vu de conférences de presse. Cette série de capsules donne la parole aux revendications de personnalités bien connues. Yannick De Martino en est l’attaché de presse. Ainsi, Marie-Lyne Joncas revendique un virage vert et zéro déchet, Katherine Levac milite contre l’histoire derrière les tatouages des gens, Sonia Vachon nous vante sa nouvelle boutique en ligne, Rémi-Pierre Paquin laisse croire qu’il est dans une secte, Phil Roy veut prouver qu’il ne profite pas de son statut de célébrité, Bianca Gervais souhaite enrayer l’itinérance, mais sa frange fait de l’ombre à son message. Bref, douze capsules de 4 minutes assez savoureuses.

  • Disponible sur la plateforme de TV5-Unis

Je t’aime

Photo courtoisie

Laurent Paquin a écrit une série de vignettes fort sympathiques qui dépeint une vie de couple complètement normale et équilibrée. Geneviève Alarie y joue sa conjointe. Ils ont deux enfants. Nous sommes témoins de leurs petites habitudes, de leurs réflexions, observations, fantasmes et surtout de leur amour mutuel. On s’y reconnaît, on sourit beaucoup et ça fait du bien. 

  • Véro.tv sur l’Extra de Tou.tv

Rosalie la comédie musicale

Photo courtoisie

Bonbon, fleur bleue et bubbly, l’humoriste Rosalie Vaillancourt nous offre une série atypique dans laquelle elle se raconte en chanson dans des décors animés. Cette comédie musicale relate la conquête de Rosalie qui quitte sa ferme de Saint-Hyacinthe afin de devenir une vedette à Montréal. C’est un Demain matin Montréal m’attend gonflé aux jujubes et injecté d’absurdité et de candeur. Sur le chemin du vedettariat, on retrouve des personnages incarnés par Katherine Levac, Pierre-Yves Roy-Desmarais, Sébastien Dubé, Pierre-François Legendre. Avis aux fans de Rosalie et à ceux qui veulent découvrir cette artiste aux mille projets humoristiques.

Félix, Maude et la fin du monde

Photo courtoisie

Ici, nous sommes dans un genre rarement abordé en fiction au Québec, le fantastique. Félix (Jean-Carl Boucher) se rend compte, après une éclipse, qu’il pourrait être le dernier humain sur terre jusqu’à ce qu’il tombe sur Maude (Sarah Keita), qui se croyait elle aussi seule au monde. Tout en cherchant à expliquer la cause de la disparition de la race humaine, cette série propose avec légèreté une certaine introspection sur notre société de consommation ultra-branchée et sur la solitude que la modernité a entraînée. 

Je voudrais qu’on m’efface

Photo courtoisie

Cette production de Babel films, réalisée et coscénarisée par Eric Piccoli d’après le roman d’Anaïs Barbeau-Lavalette, est aussi authentique que bouleversante. On y dépeint une réalité sur laquelle on lève trop souvent le nez : le quotidien d’adolescents du quartier Saint-Michel et de leurs familles qui vivent dans une grande vulnérabilité et qui se voient forcés de quitter l’immeuble où ils habitent. Ces ados tentent de survivre et de trouver leur voie sans répéter les erreurs de leurs parents qu’ils aiment malgré tout. Karine a un père analphabète, la mère de Mélissa se prostitue, consomme et en a perdu la garde et celle d’Eddy est toxicomane en plus d’être victime de violence conjugale. Une série coup-de-poing qui ne peut laisser indifférent.