/opinion/columnists
Navigation

Français: Legault manque-t-il de lucidité?

Coup d'oeil sur cet article

En présentant la loi 96, le gouvernement Legault a voulu faire quelque chose d’important pour l’avenir du français.

Mais on a vite compris, pour peu qu’on ne soit pas complètement étranger à la démographie, qu’il ne pourra d’aucune manière renverser la tendance à l’anglicisation. Au mieux, il la ralentira. 

Nous disparaîtrons comme peuple plus lentement. Telle sera la vertu de ce qu’on aurait appelé autrefois le bill 96. 

La loi 96 n’est pas à la hauteur des attentes et de la situation, hélas.

Principe

Il n’en demeure pas moins qu’il entendait faire de l’exemplarité de l’État en matière linguistique un principe. 

Désormais, l’État québécois s’exprimera en français. Ce n’était pas rien. 

Et qu’a-t-il fait ensuite ? Il s’est empressé de ne pas l’appliquer lors de la conférence de presse sur le déconfinement en reprenant cette étrange habitude inspirée des premiers jours de la pandémie de faire des conférences de presse en bilingue. 

Autrement dit, François Legault reniait le principe qu’il venait d’édicter.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Est-ce vraiment exagéré d’espérer que le premier ministre du Québec cesse de traduire son propre propos en temps réel, comme si le français était optionnel ? 

Il faut dire qu’aux dernières élections québécoises, les quatre chefs ont accepté de débattre en anglais dans une comédie pitoyable. On pourrait dire qu’à ce moment, déjà, ils ont enterré le français comme langue officielle. 

Revenons au premier ministre. 

Patriote

C’est un nationaliste sincère et un homme d’État. Mais peut-être manque-t-il de lucidité ? Pourtant, il est comptable de formation, et comprend les chiffres. 

François Legault voit-il que son peuple n’est pas seulement en train de changer, mais de disparaître ?

François Legault dispose d’un appui politique et d’une conjoncture exceptionnels. Voudra-t-il passer à l’histoire comme celui qui aura gaspillé la dernière chance qu’avait le peuple québécois de ne pas devenir étranger chez lui, ou comme celui qui aura renversé la tendance en osant les gestes courageux et nécessaires pour sauver son identité ?