/investigations/health
Navigation

Québec traquera l’amiante dans l’eau

Aucune norme n’existe au Canada pour les fibres avalées lorsqu’on boit

Coup d'oeil sur cet article

Québec s’apprête à tester l’eau potable des conduites municipales faites en amiante-ciment pour savoir si les fibres cancérigènes contaminent l’eau que boivent des millions de Québécois, a appris Le Journal. 

Les États-Unis se préoccupent de l’amiante dans l’eau depuis 35 ans déjà. Dès 1985, ils ont établi des normes pour aider les villes à traquer ces fibres mortelles au robinet et les inciter à éliminer les tuyaux en amiante-ciment, qui libèrent ses particules dans l’eau.

Le Pakistan lui-même a entrepris cette année de remplacer plus de 16 000 kilomètres de canalisations pour s’assurer que ces fibres n’arrivent pas au robinet. Des travaux similaires ont lieu en France, en Afrique du Sud, en Malaisie, en Nouvelle-Zélande et ailleurs.  

  • Écoutez la journaliste Anne-Caroline Desplanques ici   

Rien de tel n’est en cours au Québec, bien qu’au moins un millier de kilomètres des tuyaux qui transportent l’eau jusqu’à nos robinets soient en amiante-ciment, d’après les données obtenues par notre Bureau d’enquête.

Dans l’ensemble du Canada, 19 % des conduites de distribution d’eau seraient faites du même matériau, d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Aussi appelé fibrociment, l’amiante-ciment est utilisé pour fabriquer des tuyaux aux parois plus minces et donc plus légères que ceux en ciment conventionnel.

Risques pour la santé

Dans son rapport sur l’amiante paru l’an dernier, le Bureau des audiences publiques sur l’environnement (BAPE) explique que la dissolution des conduites en amiante-ciment peut libérer de ces fibres dans l’eau.

Pourtant, seules deux villes au pays traquent l’amiante dans leur eau : Edmonton, depuis 2018, et Régina, depuis 2016. Québec, lui, veut collecter ses premiers échantillons au plus tôt à la fin de 2022.

La priorité sera d’abord donnée aux municipalités qui ont le plus grand nombre de kilomètres de tuyau du genre, mais le protocole précis d’échantillonnage reste à être élaboré, confirme le ministère de l’Environnement.

« Je reconnais les enjeux particuliers reliés à l’amiante, d’ailleurs je suis la situation de près avec mes collègues du [ministère], affirme le ministre de l’Environnement Benoit Charette. C’est pourquoi nous évaluons la présence de fibres d’amiante dans l’eau. »

« Santé Canada et l’OMS évaluent qu’il n’existe pas de données probantes indiquant que l’ingestion d’amiante, contrairement à son inhalation, pose un risque pour la santé. Il s’agit donc d’une action préventive », ajoute-t-il.

Mais pour le Dr Arthur Frank, médecin et chercheur à l’École de santé publique de l’Université Drexel à Philadelphie, il n’y a pas de doute que les conduites en amiante-ciment sont « dangereuses ».

Il explique au Journal qu’en 40 ans de pratique médicale, il a constaté que les fibres d’amiante ingérées pénètrent dans le système gastro-intestinal et causent une panoplie de cancers. 

Il a notamment répertorié un excès de cancers colorectaux en Chine.

Son avis fait cependant débat, car la communauté scientifique étudie si peu les risques de l’amiante ingéré qu’aucune enquête épidémiologique suffisamment vaste n’a été menée.

Santé Canada en retard

Santé Canada considère qu’il existe « très peu de preuves suggérant un lien de causalité entre l’ingestion d’amiante et le cancer ». Le Canada n’a donc aucune norme sur l’amiante dans l’eau potable.

À l’inverse, selon l’agence de la protection environnementale américaine, l’ingestion de fibres d’amiante augmente le risque de polypes intestinaux. 

Les États-Unis imposent une norme maximale de 7 millions de fibres d’amiante par litre d’eau.

En l’absence de norme canadienne, Québec se référera à la celle des Américains pour interpréter les résultats de ses premiers échantillons.

QU’EST-CE QUE L’AMIANTE-CIMENT ?  

  • Matériau formé grâce à un mélange de ciment et d’amiante  
  • Souvent utilisé pour fabriquer des éléments de canalisation et de toiture en raison de ses qualités isothermes  
  • Peut devenir dangereux lorsqu’il est percé, gratté ou brisé   

Si votre municipalité n’apparait pas, c’est que nous n’avons pas d’information. Contactez-nous pour nous faire part de vos données si vous êtes un élu municipal.

Notre dossier complet: