/weekend
Navigation

Diversité sexuelle et de genre: des droits de la personne

Drapeau LGBT LGBTQ+ Fierté gaie
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Porter des couleurs sans le vouloir. Ces couleurs sont celles de la souffrance, de la douleur, des plaies et des cicatrices. La Fondation Émergence a recueilli les témoignages de plusieurs personnes LGBTQ+ qui ont subi des blessures et les photos des ecchymoses de certaines d’entre elles ont été juxtaposées pour recréer le drapeau de la fierté (couleursdelafierte.com).

C’est ensemble que nous pouvons œuvrer pour que des changements s’opèrent. Cette chronique se veut une porte supplémentaire à la sensibilisation contre l’homophobie, la transphobie. Que cessent enfin la violence, l’exclusion, la persécution, la marginalisation, la discrimination, les préjudices...

S’unir pour sensibiliser et faire cesser les violences.

La peur et la méconnaissance peuvent parfois provoquer de tristes dénouements. J’ai reçu dans ma boîte courriel un message d’une de ces personnes, qui tient à garder l’anonymat par peur de représailles. Elle m’a toutefois autorisée à partager avec vous une partie de son récit, tel quel... 

« J’ai grandi dans une famille nombreuse. Qui semblait normale en apparence. La porte fermée, mon père nous battait, m’urinait dessus, nous martyrisait. J’étais homosexuel. Je suis homosexuel. Mais ça ne paraissait jamais. Il fallait se taire, se contenir devant les autres. Ma mère, tyrannisée elle aussi, s’effaçait à vue d’œil. Maigre, maigre. En vieillissant, je suis devenu cette personne qui porte les coups, mon orientation sexuelle comme épée. Devaient périr celles qui, comme moi, comme on me l’avait enseigné, étaient des erreurs de la nature. Je ne voulais plus recevoir, mais donner. Je m’en suis pris à l’autre plus faible de la classe. Celui qui avait la voix aiguë, les jambes longues et l’air follette. Je l’ai tellement intimidé et oppressé qu’il a fini par s’enlever la vie. Nous avions 14 ans. Ça aurait pu être moi. Ça aurait dû être moi. J’en ai plus de 60 maintenant. Si seulement j’avais compris avant. Si seulement j’avais su. Su que tout ce que ce p’tit-là voulait, c’était être lui. Point. Juste être lui et être bien. Tout comme moi. Être en sécurité à l’école. Chez moi. Dans le parc. Partout, être moi. J’ai fini par comprendre des choses. Mais tard. Je ne suis pas suicidaire, mais j’ai pensé à la mort. Jusqu’à ce que j’aille chercher de l’aide. Depuis 40 ans, je milite, je m’insurge, je sensibilise. Les ignares doivent savoir, doivent changer. Et je militerai toujours, jusqu’à mon dernier souffle, même si ça ne rendra pas le souffle du p’tit. »

Des victimes souffrent d’horribles gestes posés au nom d’une revendication quelconque, pour toutes sortes de raisons... souvent (toujours) plus fallacieuses les unes que les autres... et pourquoi ? Pour retirer des droits, pour faire peur, pour ostraciser, pour faire subir des horreurs, pour menacer, pour harceler... Osons nous unir pour ériger une barrière contre toutes formes de violence et de discrimination, pour protéger et tout mettre en œuvre pour éduquer et parfaire nos connaissances en matière de droits de la personne.

Ensemble, unissons-nous, soyons attentifs, bienveillants, évitons de banaliser ou de minimiser une situation inacceptable (aussi anodine vous semble-t-elle). 


POUR PARFAIRE VOS CONNAISSANCES, POUR OBTENIR DE L’AIDE OU AUTRE :