/sports/others
Navigation

Cinq constats: la vaccination permet le retour du sport

GEN - JOUEUSE DE SOCCER AUDREY ROBERT
Photo Martin Alarie Des joueuses de soccer s’entraînaient à Laval, la semaine dernière, en attendant de pouvoir reprendre les activités complètes le 11 juin.

Coup d'oeil sur cet article

L’annonce du calendrier du déconfinement a apporté son lot de bonnes nouvelles la semaine dernière. Il a surtout redonné le sourire aux intervenants du milieu sportif et aux athlètes, partout au Québec. 

• À lire aussi - Reprise des sports d’équipe en extérieur: les organisations trépignent d'impatience

Le premier ministre François Legault aime bien lancer des phrases qui riment pour détendre l’atmosphère depuis le début de la pandémie. J’en ai une pour lui: «Être vacciné rime avec sports déconfinés!»

Plusieurs fédérations sportives et leurs membres connaissent maintenant la date de reprise de leurs activités régulières: 11 juin. Elles ont beaucoup souffert au cours de la dernière année. Elles ont toutes été victimes d’une baisse marquée de leurs inscriptions et d’un manque à gagner important dans leurs coffres. 

L’aide gouvernementale offerte a bouché une partie du trou dans leurs budgets respectifs. Ça prendra quelques années avant que les fédérations puissent s’en remettre. 

Et les athlètes ? Leur quotidien a été chambardé depuis plus d’un an. On ne connaît pas encore l’impact réel de la pandémie sur eux. Les premiers rapports pourraient être terribles. 

Plusieurs jeunes ont perdu la motivation de faire du sport durant la dernière année. Pour le moment, on ne sait pas combien se retrouvent dans cette situation. Est-ce qu’ils reprendront le chemin des plateaux sportifs dès le jour 1 du déconfinement ? Rien n’est sûr et c’est un triste constat. 

Pour le reste, ce sera beau de voir les parcs remplis avec des entraînements de soccer et de baseball dans les prochaines semaines. Ça fera du bien à tout le monde. 

En mode attente

Par contre, tout n’est pas parfait. Il y a encore beaucoup de questions qui demeurent en suspens. 

Est-ce que le tournoi de tennis de Montréal aura lieu au mois d’août ? Est-ce que les Alouettes pourront lancer leur saison de 14 matchs comme prévu ? Est-ce que le CF de Montréal pourra disputer un match à Montréal cet été ?

Ces organisations sont toujours en attente des approbations des différents paliers de santé publique. Si elles ont une oreille attentive aux niveaux municipal et provincial, c’est une autre paire de manches au fédéral. Celui-ci s’est montré inflexible depuis plusieurs mois notamment avec la quarantaine obligatoire. 

Cette mesure cause des maux de tête aux équipes professionnelles, aux athlètes et aux organisateurs d’événements internationaux. Elle a provoqué des annulations et forcé des équipes à s’expatrier aux États-Unis pour prendre part aux activités de leurs circuits. 

C’est aberrant de voir une athlète, comme la plongeuse Jennifer Abel, être obligée de faire une quarantaine à son retour au pays après une compétition. Elle n’a pas pu s’entraîner durant 14 jours alors qu’elle est dans la dernière phase de sa préparation olympique. Ça n’a pas de bon sens. 

Il y a pire. On ne voit pas la fin de cette mesure à l’horizon. Tant qu’elle sera en vigueur, le sport au Canada souffrira. 

Et l’automne ?

On sait à quoi s’attendre pour l’été. Pour l’automne ? C’est encore difficile de prédire si les sports intérieurs pourront retrouver une certaine normalité. 

Par contre, je ne vois pas pourquoi ça ne pourrait pas être le cas. La vaccination sera complétée. Au Québec, l’obligation du masque devrait être levée. 

Ça va prendre quoi de plus pour que des milliers de hockeyeurs, de judokas, de gymnastes, de karatékas puissent retrouver leurs sports favoris ? La disparition totale du virus ? 

On va souhaiter que la logique soit mise de l’avant. Par contre, depuis mars 2020, la pandémie nous a appris une chose : il faut ne jamais rien tenir pour acquis. Une phrase qu’il faudra avoir en tête pour les années à venir.  

Le CH doit élargir ses horizons  

• À lire aussi: Les Leafs embauchent Danielle Goyette

GEN - JOUEUSE DE SOCCER AUDREY ROBERT
Photo d'archives, Agence QMI

Hayley Wickenheiser et Danielle Goyette font partie du département du développement des joueurs des Maple Leafs de Toronto. Un signe qu’une nouvelle ère s’amorce. Chez le Canadien ? Il n’y en a aucune. Et ce n’est pas la compétence qui manque au Québec. Je verrais très bien une Danielle Sauvageau travailler avec Joël Bouchard ou Dominique Ducharme. Ses compétences ne font aucun doute, mais elle doit avoir une opportunité pour en faire la preuve. 

Kadri a eu une sentence bonbon  

• À lire aussi: Nazem Kadri porte sa suspension en appel

GEN - JOUEUSE DE SOCCER AUDREY ROBERT
Photo d'archives, AFP

Nazem Kadri a été suspendu pour huit matchs pour un coup à la tête. C’est la sixième fois en carrière qu’il est suspendu pendant les séries. L’attaquant de l’Avalanche méritait au moins le double, mais la LNH a encore manqué le bateau. Il n’y a aucun doute sur l’intention du geste de Kadri. Ça va prendre quoi de plus au préfet de discipline Georges Parros ? C’est lui qui a la sécurité des joueurs entre ses mains. On peut se demander si ce n’est pas une trop grosse responsabilité avec tout ce qui arrive depuis un mois dans le circuit Bettman.  

Fury mettra le dernier clou  

• À lire aussi: Contrat signé pour Fury-Wilder III, le 24 juillet à Las Vegas

GEN - JOUEUSE DE SOCCER AUDREY ROBERT
Photo d'archives, AFP

On aura droit à un troisième combat entre Deontay Wilder et Tyson Fury. C’est un jugement en arbitrage qui en a décidé ainsi. Fury n’a pas laissé traîner le dossier et il a signé son contrat en fin de semaine. Le champion WBC des lourds doit l’emporter s’il souhaite affronter Anthony Joshua plus tard en 2021. Sur le plan sportif, on pourrait avoir droit à un copier-coller du deuxième choc qui avait été dominé par Fury. Pour Wilder, c’est un combat crucial. Une défaite décisive et ça pourrait être la fin de sa carrière.  

Une blessure qui tombe mal pour « Shapo »  

• À lire aussi: Denis Shapovalov absent de Roland-Garros

GEN - JOUEUSE DE SOCCER AUDREY ROBERT
Photo AFP

En raison d’une blessure à une épaule qui l’ennuie depuis un certain temps, Denis Shapovalov a décidé de faire l’impasse sur les Internationaux de Roland-Garros qui prennent leur envol cette semaine. Il a pris la sage décision de se reposer. C’est dommage parce qu’il connaissait une bonne séquence dans les dernières semaines. Après une défaite honorable contre Rafael Nadal à Rome, il s’est incliné en finale du tournoi de Genève contre le Norvégien Casper Ruud, samedi.

À VOIR AUSSI...