/news/transports
Navigation

Exo offre un nouveau service «à la demande»

Exo offre un nouveau service «à la demande»
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Devant une baisse importante d’achalandage, exo met fin au trajet d’autobus à horaire fixe à Beloeil et à McMasterville et offrira un service selon les besoins de ses clients dès le 31 mai. 

Ce projet pilote d’un an baptisé «exo à la demande», une première au Québec, pourrait être offert ailleurs sur la Rive-Sud et la Rive-Nord de Montréal, si l’expérience s’avère concluante.

«Ça sera un peu comme un taxi. Je suis certaine que lorsque les gens vont l’essayer, ils vont l’adopter», s’enthousiasme la mairesse de Beloeil et membre du conseil d’administration d’exo, Diane Lavoie.

Le transport local de Beloeil et de la ville voisine McMasterville a connu une baisse d’achalandage de 90 % l’an dernier à cause de la pandémie. Ces deux villes de la Montérégie ont été choisies puisqu'elles ont été particulièrement touchées par la diminution d'usagers liée à l'utilisation du train de banlieue.

«Plusieurs personnes font du télétravail et n'ont plus à se déplacer au centre-ville. En voyant des autobus vides parcourir nos rues, nous faisons le constat que ce n’est pas très efficace», souligne le maire de McMasterville, Martin Dulac.

Ainsi, exo profite de cette baisse d’achalandage pour proposer un service «plus adapté, accessible et personnalisé» pour ses utilisateurs.

«L’algorithme va prendre toutes les réservations et va créer des itinéraires personnalisés, donc il n’y aura plus de circuit fixe. Le chauffeur suivra le trajet le plus rapide selon les réservations», explique Achraf Moulay, conseiller en marketing et communication du projet.

Plus écologique

Comme les autobus se déplaceront seulement à la demande, les kilomètres à parcourir diminueront tout comme les gaz à effet de serre émis par les véhicules, indique de son côté Assumpta Cerda, coordonnatrice, Projets mobilité, chez exo.

De plus, «exo à la demande» améliorera la couverture du territoire puisque plusieurs arrêts s’ajouteront dans certaines zones qui ne reçoivent pas le service de transport en commun, une nouveauté qui plait à la mairesse Lavoie.

«L’an dernier, nous avions prévu un montant dans le budget pour augmenter la desserte puisque de nouveaux secteurs ne sont pas desservis présentement. Ce projet a toutefois été mis sur la glace à cause de la pandémie. Avec ce service à la demande, c’est tout le territoire de la Ville de Beloeil qui va être desservi .»

Un mois gratuit

Les usagers de Beloeil et de McMasterville pourront réserver leur déplacement de 30 minutes à 30 jours à l’avance grâce à l’application mobile Link sur laquelle ils pourront également suivre leur autobus en temps réel. Les clients pourront aussi faire une réservation sur le web ou au téléphone.

Le système de réservation leur proposera une heure de passage qui se rapprochera le plus possible de l’heure de départ souhaitée. L’embarquement se fera à l’arrêt traditionnel ou virtuel (visible uniquement sur l’application) le plus près de l’adresse de départ de l’usager.

Les véhicules seront disponibles toute la journée, soit du lundi au vendredi de 5 h 15 à 21 h 30 et les fins de semaine de 8 h à 18 h.

Notons que les résidents de ces deux villes pourront utiliser ce service gratuitement pendant le premier mois du projet-pilote.

À VOIR AUSSI

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.