/sports/fighting
Navigation

Jean Pascal veut réduire au silence Badou Jack

BOXING-DAVIS-VS-GAMBOA-PRESS-CONFERENCE/
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le Québécois Jean Pascal a confiance de signer une autre victoire aux dépens de Badou Jack à l’occasion de leur combat-revanche le 6 juin à Miami Gardens, même s’il lui voue un grand respect et que la bataille s’annonce âprement disputée. 

• À lire aussi: Camp d’entraînement à 250 000$

• À lire aussi: Pascal-Jack II: enfin une date

Les deux boxeurs se retrouveront au Hard Rock Stadium, le domicile des Dolphins de Miami, où la ceinture régulière WBA des poids mi-lourds sera à l’enjeu. Si le duel entre les deux hommes est aussi serré que le précédent – gagné par décision partagée par Pascal le 28 décembre 2019 à Atlanta -, la confrontation présentée en sous-carte du gala mettant en vedette Floyd Mayweather fils et Logan Paul aura son lot de suspense.

«Je suis enthousiaste par rapport à ce combat. Je me suis entraîné à Porto Rico à compter de décembre et j’ai attendu avec impatience cet affrontement. Je suis prêt. Je respecte Badou, mais quand il perd, il se plaint tout le temps. Les juges disent que j’ai gagné la dernière fois et il en est ainsi», a mentionné Pascal en conférence de presse virtuelle, mardi, tel que rapporté dans un communiqué des promoteurs.

«Dans le combat, j’ai tout fait de la bonne façon au cours des six premiers rounds. J’ai peut-être été un peu trop en confiance et j’ai pris les choses trop aisément par la suite, a-t-il ajouté. Ce fut plus serré au pointage à cause de la chute qui n’était pas le résultat d’un vrai coup. Ça n’aurait même pas été proche sans cela. Nous allons régler le dossier le 6 juin.»

Sans surprise, Jack (23-3-3, 13 K.-O.) n’est pas de cet avis et se dit disposé à tout faire pour obtenir un résultat différent dans quelques jours.

«Il y avait trois juges et Julie Lederman m’a déclaré gagnant. Les deux autres gars n’avaient jamais jugé un gros combat avant. Cette fois, nous en avons deux : le boxeur du côté droit et celui du côté gauche. C’est tout. J’ai énormément confiance pour ce duel et je ne suis pas préoccupé par les juges. Je sais que Jean est un guerrier et moi aussi», a indiqué le Suédois.

Un début déterminant

S’il veut vaincre Pascal (35-6-1, 20 K.-O.), l’ancien adversaire de Lucian Bute et d’Adonis Stevenson aura à effectuer des ajustements.

«En regardant le passé, oui : je devrai connaître un départ plus rapide. Mais cela s’applique à chaque combat. J’écouterai mon coin et nous allons trouver la façon de gagner ce combat, peu importe laquelle.»

Sauf que selon le pugiliste québécois, il devra s’attendre à une opposition encore plus féroce.

«Je crois devoir seulement garder un meilleur rythme cette fois. J’étais trop optimiste, puisque j’avais déjà fait du "sparring" avec Badou et je savais quoi faire. Je suis un vétéran, donc je ne devrais pas tomber dans ce piège. Je l’ai déjà envoyé au plancher et ma mère m’a toujours dit que si tu réussis quelque chose une fois, tu peux la refaire.»

«Je pense que Badou respecte ma puissance. Si ce n’est pas le cas, il a intérêt à être attentif au quatrième assaut une fois de plus, a-t-il poursuivi en évoquant la chute au plancher qu’il avait fait subir à son rival. Mais je possède aussi des habiletés reliées à ma force. J’ai un talent naturel et mes aptitudes sont supérieures. Je suis né pour être boxeur et gagner.»