/news/coronavirus
Navigation

La COVID a «abîmé les soins et la prévention du VIH»

Sida vih séropositif
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

La transmission de la COVID-19 perd de la vitesse au Canada, mais la pandémie mondiale a grandement ralenti la lutte contre le VIH-SIDA, a rappelé le coprésident d’une conférence internationale qui aura lieu à Montréal en 2022. 

«Surtout dans des pays en développement, il y a eu un arrêt des soins, un ralentissement du dépistage, des médicaments n’ont pas été livrés au bon endroit», a indiqué Jean-Pierre Routy, professeur de médecine à l’Université McGill et directeur du Réseau SIDA et maladies infectieuses.

Trouver des vaccins efficaces contre la COVID-19 en si peu de temps a détourné plusieurs chercheurs de leurs travaux sur le SIDA. N’empêche, la pandémie qui affecte la planète depuis la fin de 2019 aura aussi des impacts positifs sur le plan scientifique. Jean-Pierre Routy cite notamment les vaccins à ARN messager et la recherche avec les anticorps monoclonaux comme des pistes encourageantes.

«On espère qu’au congrès de Montréal, on va pouvoir redonner au VIH et aux personnes qui vivent avec ce virus toute la connaissance qui a été fournie pendant les deux dernières années pour la COVID», a ajouté le chercheur.

Chaque année, environ 500 000 personnes supplémentaires contractent le VIH-SIDA à travers le monde et près de 40 millions de personnes vivent avec le virus.

«Contrairement au COVID, c’est pour la vie qu’on est infecté. La conséquence pour la personne et pour la société qui va donner des soins pendant 40 ou 60 ans de la vie d’une personne ayant le VIH, c’est considérable», a noté Jean-Pierre Routy.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres