/news/transports
Navigation

Le nombre de passagers aériens retrouvera son niveau «normal» en 2023

Le nombre de passagers aériens retrouvera son niveau «normal» en 2023
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le nombre de passagers aériens dans le monde retrouvera dès 2023 son niveau de 2019, avant la pandémie de COVID-19 qui a conduit à l'effondrement du trafic, a estimé mercredi l'Association internationale du transport aérien (IATA).

• À lire aussi: Le grand patron de Transat tire sa révérence

• À lire aussi: Une fortune pour livrer les vieux F-18

Cette année, le nombre de passagers transportés dans le monde devrait représenter 52% du niveau d'avant-crise et monter à 88% en 2022, selon les projections de l'organisation.

Il devrait dépasser en 2023 son niveau de 2019 (105%) et atteindre 5,6 milliards de passagers à la fin de la décennie, à la faveur d'une croissance annuelle de 3,9% entre 2025 et 2030.

La crise de la COVID-19 devrait toutefois représenter toutefois une perte de deux à trois ans de croissance sur la décennie, selon les projections de l'IATA

En 2020, la fréquentation est retombée à son niveau de niveau de 2003, avec 1,8 milliard de passagers, selon l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

L'évolution sera différente selon les régions du monde, menée par l'Asie-Pacifique (+5,4% de croissance annuelle attendue), et l'Afrique - Moyen-Orient (+5%) quand l'Europe occidentale devrait croître de 2,3% par an et l'Amérique du Nord de 1,5%.

Sur le long terme (2019-2039), la croissance du nombre de passagers au niveau mondial devrait être 3,2% par an, mais la demande, exprimée cette fois en revenus par passager-kilomètre, sera moindre.

«Cela est dû au poids attendu de marchés intérieurs comme la Chine, où le nombre de passagers est élevé et les distances plus courtes», explique l'association.

Avec les progrès de la vaccination, «les gens voudront voyager» et profiter des levées de restrictions de circulation, estime son directeur général Willie Walsh. 

«Le secteur aérien est prêt, mais je ne vois pas les gouvernements agir assez rapidement» pour faciliter la levée de ces restrictions, tacle-t-il.

À VOIR AUSSI...