/opinion/columnists
Navigation

Notre police est en train de ramollir

Coup d'oeil sur cet article

Fini, la police à la matraque ! Désormais, nous aurons la police du crayon... crayon dont on aura peur de se servir, comme on l’a vu récemment, lors des rassemblements illégaux sur des plages ou dans des parcs.

Cette police de la persuasion que nous annonce le rapport déposé hier, au fond, sera encore une fois adoucie au goût du jour.

Depuis des décennies, on retire de la force à nos policiers.

La moindre bavure quelque part justifie encore un nouveau ramollissement.

C’est comme si on voulait que nos policiers deviennent des intervenants sociaux, spécialistes de l’écoute et du sermon... alors que les vrais criminels rigolent !

Américanisation

Et la sublime hypocrisie dans la présentation de ce rapport, c’est d’avoir choisi le jour anniversaire de la mort de George Floyd... comme si les événements de Minneapolis entachaient la police québécoise !

Que l’UPAC reste ou non, tout État moderne doit garder une 5e colonne, un « service secret » capable de pénétrer les milieux criminels hermétiques, ceux que l’on n’ose pas toucher, comme certains groupes de Mohawks ou encore les Hells Angels.

Éloignement

Tout le monde convient qu’il s’impose d’harmoniser nos forces de police pour lutter contre la cybercriminalité ou pour assurer un service spécialisé dans la recherche de personnes disparues.

Ça fait au moins cinquante ans qu’on parle d’une police nationale à la française, centralisée et efficace, et l’heure est peut-être finalement venue.

Mais nos éventuels agents nationaux mettront-ils plus de temps à arriver sur les lieux d’un crime survenu, par exemple, à Saint-Michel-des-Saints ?

Si les Québécois dont on abolit les corps de police municipaux ou régionaux se sentent mal desservis par le nouveau système, la grogne sera énorme !

Quant au ramollissement graduel des forces de l’ordre depuis des décennies, pensez-y ! Vous voyez bien qu’on a aussi besoin d’une police de muscle !