/news/currentevents
Navigation

Les restes de 215 enfants autochtones découverts en Colombie-Britannique

Les restes de 215 enfants autochtones découverts en Colombie-Britannique
Crédit: Thompson Rivers University

Coup d'oeil sur cet article

Les restes de 215 enfants enterrés sur le site d’un ancien pensionnat autochtone de Kamloops, en Colombie-Britannique, viennent d’être découverts, semant la consternation au sein de la Première Nation Tk’emlúps te Secwépemc.

• À lire aussi: La cause du décès de Joyce Echaquan dévoilée

Dans un communiqué, la chef Rosanne Casimir a évoqué une «perte impensable» pour sa communauté.

Le pensionnat autochtone concerné par ces restes est le Kamloops Indian Residential School, ouvert en 1890. Il était le plus important pensionnat du système des pensionnats autochtones du Canada.

  • Écoutez l'analyse de Carolione St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Selon Mme Casimir, l’histoire touchant aux restes des enfants était racontée par les anciens, mais elle n’avait jamais été documentée.

Recherches à l'aide de radars pénétrants   

C’est la semaine dernière, à l’aide de radars pénétrants, que les restes ont été retrouvés au parc patrimonial de Tk’emlups, au coin des routes 5 et Shuswap. Le parc patrimonial est fermé le temps de boucler les recherches et il n’est pas exclu à ce stade-ci que d’autres découvertes puissent être faites.

«Nous avions un savoir dans notre communauté que nous avons pu vérifier. À notre connaissance, ces enfants disparus sont des morts sans papiers», a déclaré Rosanne Casimir, précisant au passage que certains d'entre eux n’avaient que 3 ans.

Plusieurs spécialistes impliqués   

Différents spécialistes soutiennent la délicate opération. L’archiviste du Musée Secwépemsc travaille avec la Royal British Colombia Museum pour, notamment, effectuer la recherche d'enregistrements relatifs aux enfants.

Des gens du département de la langue et de la culture de la Première Nation Tk’emlúps te Secwépemc participent aussi à l’effort, en compagnie de gardiens du savoir cérémonial qui veillent à ce que les travaux s’effectuent avec le plus grand respect envers les défunts.

«Compte tenu de la taille de l'école, avec jusqu'à 500 élèves inscrits et fréquentant à tout moment, nous comprenons que cette perte confirmée affecte les communautés des Premières Nations de la Colombie-Britannique et d'ailleurs, a indiqué la chef Casimir. Nous souhaitons nous assurer que les membres de notre communauté, ainsi que toutes les communautés d'origine des enfants qui y ont séjourné, soient dûment informés. C'est le début, mais étant donné la nature de cette nouvelle, nous avons jugé important de la partager immédiatement. En ce moment, nous avons plus de questions que de réponses. Nous sommes impatients de vous fournir des mises à jour dès qu'elles seront disponibles.»