/lifestyle/family
Navigation

Pelouse diversifiée et écologique

CASA 0529 POTAGER
Photo courtoisie, Albert Mondor

Coup d'oeil sur cet article

De plus en plus décrié et critiqué comme étant une monoculture polluante, exigeante en eau et en engrais, le gazon n’en demeure pas moins fort utile pour la pratique de nombreux sports ainsi que pour les moments de détente, les pique-niques et les concerts en plein air, sans compter sa capacité à capter le gaz carbonique et à réduire la chaleur.

Heureusement, le gazon peut être cultivé de façon respectueuse de l’environnement. Tout d’abord, une pelouse peut être diversifiée et constituée de végétaux autres que des graminées. Lorsque le gazon comprend aussi du trèfle, des violettes et des pissenlits, il résiste ainsi beaucoup mieux à la chaleur et la sécheresse et fournit également du nectar aux insectes pollinisateurs.

Une pelouse peut être diversifiée et constituée de végétaux.
Photo courtoisie, Albert Mondor
Une pelouse peut être diversifiée et constituée de végétaux.

Le fait d’utiliser une tondeuse électrique et des fertilisants naturels à dégagement lent permet de profiter d’une pelouse verte et saine – où il fait bon pique-niquer ou jouer au soccer – sans mettre en danger la santé humaine et celle de l’environnement. Une belle pelouse, entretenue de façon écologique, est chose possible. Voici quelques conseils pour entretenir votre pelouse.

Procéder à un ratissage ferme

La première chose à faire au printemps est d’enlever le chaume et les débris qui jonchent la pelouse. Cela se fait aisément en utilisant un simple râteau à feuilles. Le chaume est une couche de débris organiques – principalement des brins de gazon mort – qui s’accumulent à la surface du sol entre les brins d’herbe.

Faire un terreautage suivi d’un semis

Le terreautage est une étape cruciale dans l’entretien d’une pelouse. Chaque printemps, ou tous les deux ou trois ans, il est important d’épandre environ 3 mm d’épaisseur de compost ou de terreau riche en compost sur la surface du gazon – particulièrement sur les zones les plus dégarnies ou endommagées – ce qui représente environ 1,5 à 2 sacs de 28 litres par 10 mètres carrés.

Terreautage
Photo courtoisie, Albert Mondor
Terreautage

Épandez le terreau ou le compost à l’aide d’une pelle ou d’un épandeur conçu à cette fin et faites-le pénétrer entre les brins de gazon à l’aide d’un râteau à feuilles.

Une fois le terreautage complété, profitez-en pour épandre des semences à gazon dans les endroits les plus dénudés de votre pelouse. Maintenez votre pelouse humide durant une période de 10 à 15 jours pour permettre une bonne germination des semences à gazon.

Fertiliser ? Pas absolument nécessaire !

Bien qu’elle ne soit pas absolument nécessaire, la fertilisation printanière permet d’obtenir une pelouse plus verte, plus dense et moins sujette à être envahie par les herbes indésirables. Je vous suggère fortement d’opter pour un fertilisant granulaire à dégagement lent ou contrôlé. Certains engrais d’origine naturelle mettent plus de 100 jours pour dégager tout l’azote qu’ils contiennent réduisant ainsi grandement les risques de pollution. 

Mai sans tonte

Le mouvement pour un mois de mai sans tondre la pelouse est de plus en plus populaire au Canada. Né en Angleterre il y a quelques années, ce mouvement fait la promotion d’une pelouse diversifiée et fleurie. On suggère notamment aux propriétaires de belles pelouses de ne pas tondre la leur en mai afin de permettre à certaines plantes qui la composent de fleurir, comme les pensées et les pissenlits, et ainsi fournir du nectar aux insectes pollinisateurs.