/sports/soccer/cf-montreal
Navigation

Wilfried Nancy gardera son poste en 2022

SOCCER-USA/
Photo USA TODAY Sports Le CF Montréal accorde toute sa confiance à son entraîneur Wilfried Nancy.

Coup d'oeil sur cet article

Le CF Montréal dispute un dernier match avant la pause internationale samedi après-midi, mais ce n’est pas la nouvelle qui retient le plus l’attention.

En effet, le club a annoncé vendredi qu’il exerçait déjà son option sur le contrat de l’entraîneur-chef Wilfried Nancy pour la saison prochaine.

« Je prends cette décision maintenant, parce que je vois le travail qu’il effectue chaque jour, la philosophie de jeu durant les matchs, ainsi que la relation entre les joueurs et le personnel d’entraîneurs qui est très positive depuis le premier jour. Je suis confiant pour le futur », a indiqué le directeur sportif Olivier Renard dans un communiqué.

Il est donc maintenant clair que Nancy n’était pas une solution transitoire pour le club qui s’est retrouvé coincé quand Thierry Henry a renoncé à son poste peu de temps avant le début du camp d’entraînement.

Nancy, 44 ans, a rapidement installé sa méthode de travail et a obtenu certains résultats même s’il a eu peu de temps pour travailler. Il mérite qu’on lui laisse le temps de réellement développer son projet, ce que peu d’entraîneurs du club avant lui ont eu la chance d’avoir.

Récompense

Pour en revenir à ce dernier match avant la pause internationale de trois semaines, il opposera le CF Montréal au Fire de Chicago au Soldier Field.

Sur papier, la formation montréalaise semble avoir un avantage puisqu’elle occupe le 7e rang pendant que Chicago est avant-dernier au 13e rang dans l’Est.

Mais on a bien vu la semaine dernière que ça ne voulait absolument rien dire puisque le FC Cincinnati, pire équipe de la MLS, est revenu de l’arrière en seconde demie pour l’emporter à l’étranger.

Au-delà du classement et de l’importance de freiner à deux la séquence de défaites consécutives, Wilfried Nancy veut surtout que ses hommes aient quelque chose à se mettre sous la dent.

« Ça fait pas mal de matchs qu’on est près de gagner et on se fait égaliser ou on perd le match. Je veux surtout gagner pour récompenser la performance des joueurs. Je suis satisfait de ce qu’ils font. »

Solutions 

On le sait, l’équipe en arrache sur le plan offensif depuis quelques rencontres et a été blanchie lors de trois de ses cinq dernières sorties.

Wilfried Nancy et son personnel cherchent des façons de faire débloquer l’attaque.

« J’essaie de trouver des solutions pour qu’on termine nos actions. Il faut rester mesuré dans tout ce que l’on dit et tout ce que l’on voit », insiste-t-il.

Il aura au moins Mason Toye sous la main, qui a raté les cinq derniers matchs en raison d’une blessure à la cuisse.

Même si Toye a marqué un but à chacune des deux premières parties de la saison, il ne faut pas s’attendre à ce qu’il arrive en sauveur, surtout qu’il n’a pas joué depuis un peu plus d’un mois.

Passion

Djordje Mihailovic, qui disputera un premier match face au club qui l’a formé, a parlé en bien du Fire même si on sait qu’il n’est pas parti dans les meilleurs termes.

« C’est un club qui est très passionné, c’est la première chose que je peux dire. Ils ont gagné leur premier match la semaine dernière et ils vont vouloir gagner à nouveau devant leurs partisans cette fois-ci. »

Pour Mihailovic, qui a grandi à Chicago, jouer au Soldier Field a quelque chose de spécial.

« On y a joué l’an passé, alors j’y suis habitué, mais il n’y avait pas de partisans.

« Quand j’étais jeune, l’équipe jouait au Soldier Field. Alors ç’a toujours été mon rêve de jouer un match devant 70 000 spectateurs. Là, je vais le faire, mais avec l’équipe adverse. »

On pourrait ajouter qu’il n’y aura pas 70 000 spectateurs.

 

 

L’adversaire en 5 points 

Beric en panne

Après avoir marqué 12 buts en 23 rencontres à sa première saison dans la MLS en 2020, l’attaquant slovène Robert Beric est en panne sèche cette année. Plus haut salarié du Fire, il affiche une production d’un seul but en six rencontres.

Nombreux blessés

Si le Fire traîne un peu de la patte en ce début de saison, c’est peut-être parce qu’il a été grandement affecté par les blessures, mais les joueurs commencent à revenir. Stanislav Ivanov (genou) et Kenneth Kronholm (genou) seront absents. Ignacio Aliseda et Gaston Gimenez sont des cas douteux.

Gros salaires

La direction du Fire a pris les grands moyens en investissant dans l’effectif pour avoir la septième masse salariale de la MLS à 13,6 M$ US. Robert Beric, avec près de 2,8 M$ US est le joueur le mieux payé, suivi de Gaston Gimenez (2 M$ US).

Pas d’attaque

Le Fire n’a marqué que quatre buts en six rencontres et a été blanchi trois fois de suite avant de remporter sa première victoire de la saison, la semaine dernière.

Bon début de match

Le Fire de Chicago n’a marqué que quatre buts cette saison, et quand on regarde comment ceux-ci sont ventilés sur un match, on constate que la moitié de ces quatre buts a été inscrite dans le premier quart d’heure. 

Une saison qui commence mal 

On s’attendait certainement à ce que le Fire de Chicago connaisse un début de saison un peu plus encourageant que celui qu’il vit jusqu’à maintenant.

Si les partisans du CF Montréal s’inquiètent parce que leur équipe ne marque pas assez fréquemment, ceux du Fire doivent carrément s’arracher les cheveux à pleines poignées avec seulement quatre buts en six rencontres.

Et c’est certainement ce qui explique en bonne partie le début de saison pénible de l’équipe de l’Illinois.

En effet, on peut difficilement être plus optimiste dans notre choix de mot quand on sait que le Fire a attendu jusqu’au sixième match de la saison pour remporter sa première victoire, un gain de 1 à 0 sur l’Inter Miami CF au Soldier Field samedi dernier.

Des blessés

Il faut dire que le Fire a bien mal commencé sa saison puisque l’infirmerie s’est remplie rapidement.

« Nous avons eu six blessés qui sont tous des titulaires potentiels. Ça ne peut pas être une excuse, mais c’est un soulagement de les retrouver », a soutenu l’entraîneur-chef Raphaël Wicky.

Il parle notamment des défenseurs Miguel Angel Navarro et Carlos Teran, lequel n’a pas encore joué cette saison.

Qui plus est, le milieu de terrain argentin et joueur désigné, Ignacio Aliseda, n’a joué qu’un match depuis le début de la saison.

Constance

Si le Fire en arrache, c’est aussi parce qu’il est incapable d’offrir un rendement stable, possible conséquence de toutes ces blessures.

Et Wicky ne se défile pas ; il reconnaît que son équipe se doit de mieux jouer sur l’ensemble d’une rencontre.

« Dans plusieurs matchs, nous avons offert de bons moments, mais il y a eu trop d’occasions où nous n’avons pas été assez bons. »

Et le retour des blessés devrait lui donner un coup de main à cet égard parce que l’équipe aura plus de mordant.

« Ça nous permet de relever le niveau de compétition au sein du club et lors des entraînements. Ça me donne aussi plus d’options pour amorcer un match et aussi pour faire des substitutions. »