/misc
Navigation

C’est quoi, le PLQ de Dominique Anglade?

C’est quoi, le PLQ de Dominique Anglade?
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Coup d'oeil sur cet article

Cette semaine, le premier ministre François Legault a dit: «Encore une fois, le Parti libéral se tasse à gauche, vers une fusion avec Québec solidaire, en disant: “Il n’y en a pas, de besoins. Il n’y en a pas, de problèmes de circulation entre Québec puis Lévis!” On se bouche les yeux...»

Ces propos de M. Legault, à la suite d’une question de Dominique Anglade sur le tunnel Québec-Lévis, reflètent un questionnement bien présent depuis que Mme Anglade est cheffe: c’est quoi, le PLQ?

GNL Québec

Lors de la dernière campagne électorale provinciale, Philippe Couillard a vanté le projet GNL, qui consiste à construire un complexe industriel de liquéfaction de gaz naturel sur l'emplacement du Port de Saguenay.

En mars dernier, Mme Anglade a retiré son appui envers le projet. Pourtant, le PLQ a toujours été le parti de l’économie et des grands projets de développement.

Même Serge Simard, ancien ministre libéral et député de Dubuc, a été choqué par cette prise de position: «C’est un parti que j’ai toujours considéré comme le parti des régions parce que moi, je me suis battu pour les régions lorsque j’étais à l’intérieur de ce parti-là, et puis voilà qu’aujourd’hui le Parti libéral, je vous dirais, abandonne les régions.»

Rappelons que ce sont les libéraux de Robert Bourassa qui ont lancé les travaux du mégaprojet hydroélectrique de la baie James. On est bien loin de cette époque quand on regarde la cheffe libérale actuellement.

Troisième lien

Depuis la présentation du Réseau express de la Capitale (REC), les partis d’opposition sont contre le tunnel Québec-Lévis, comme si ce projet était le diable en personne ou la pire idée en matière d’infrastructure routière de l’histoire de la planète.

Dominique Anglade n’a pas mis de gants blancs pour qualifier le troisième lien: «Irresponsable», «surréaliste», «pharaonique» et «rétrograde». Pourtant, il n’y a pas si longtemps, le PLQ était en faveur d’un troisième lien. 

Des propos qui ont fait réagir le maire de Lévis et ancien député du PLQ: «J’ai déjà été député. Je sais ce que c’est. La filière de Montréal est très forte. Alors on met 27 milliards de dollars pour le transport en commun à Montréal et personne ne dit un mot. Mais quand on arrive à Québec, c’est la catastrophe. Alors y a-t-il deux Québec? Le Québec montréalais et le Québec des régions?»

Est-ce que Mme Anglade a mis une croix sur la Capitale-Nationale et la Chaudière-Appalaches?

La députée de Saint-Henri–Sainte-Anne a tenté de corriger le tir, jeudi, en disant que sa formation politique était pour un troisième lien, mais pas pour le tunnel caquiste. Il est maintenant un peu tard pour remettre le dentifrice dans le tube.

Si elle est sérieuse, la cheffe libérale devra présenter rapidement sa vision d’un pont ou d’un tunnel entre Québec et Lévis. 

Un exercice souvent périlleux quand un parti est dans l’opposition. Car on ne dispose pas nécessairement des ressources pour faire un tel travail.

Une vision

Si vous êtes un bénévole ou un organisateur libéral, vous devez vous demander présentement comment vous allez recruter des candidats à l’extérieur de Montréal.

Plus tôt que tard, la cheffe libérale devra nous présenter son plan de match, car bien que la fonction première de l’opposition officielle soit de s’opposer, parfois il faut proposer pour espérer gagner.