/sports/opinion/columnists
Navigation

2 M$ en stéroïdes!

WE 1006 Mode de star
Photo d'archives Jean Pascal se retrouve dans une situation très inconfortable.

Coup d'oeil sur cet article

À première vue, c’est tellement imbécile. Comment un champion et son équipe peuvent-ils prendre le risque de perdre une bourse de deux millions en s’envoyant dans le corps des stéroïdes anabolisants ?

Et deux millions, c’est seulement l’argent perdu dimanche prochain avec l’annulation du combat entre Jean Pascal et Badou Jack.  

Ça ne comprend pas les dommages faits à la réputation de l’athlète, ça n’inclut pas l’ombre noire qui va obscurcir le statut de meilleur boxeur de l’histoire du Québec et sans doute du Canada de Jean Pascal.

Ça ne dit rien de la peine d’Angel, la fille de Jean Pascal, qui devra vivre avec les quolibets et les insultes pendant quelques mois. Et qui devra arriver à comprendre comment son père, un antidopage notoire et engagé, a pu se retrouver dans ce merdier puant.

Heureusement, Jean Pascal a réagi en homme responsable en admettant hier qu’il y a eu dopage. Et en précisant qu’il s’agissait d’un événement isolé.

Jean Pascal est un homme que j’aime beaucoup. Je me sens mal juste à l’idée de l’horrible déchirement intérieur qu’il doit ressentir depuis qu’il a appris la nouvelle par VADA.

ANGEL HEREDIA

Vendredi soir, quand la bombe a éclaté, tout le monde de la boxe a eu le même réflexe. Il devait y avoir du Angel Heredia derrière cette catastrophe. Heredia, coincé dans l’affaire des laboratoires Balco, entraîneur de Marion Jones, a payé le gros prix pour être devenu un spécialiste du dopage. 

Mais depuis une dizaine d’années, ses boxeurs n’ont jamais eu de problèmes majeurs. Sauf Lucian Bute qui après son combat contre Badou Jack à Washington a été pincé pour des traces d’ostarine. Il a versé 50 000 $ à une œuvre antidopage et la commission a accepté ses explications. Les traces d’ostarine provenaient d’un produit légal contaminé et acheté en Californie. 

Le préparateur physique de Bute était un employé d’Angel Heredia... qui, lui, était le préparateur de Badou Jack. 

Le promoteur était Floyd Mayweather.

On a retrouvé Angel Heredia à Atlanta avec l’équipe de Jean Pascal pour le combat contre Badou Jack. 

Le promoteur était Floyd Mayweather.

PAS DE HEREDIA

Cette fois, pour la revanche contre Badou Jack, dans un combat dont le promoteur est... Floyd Mayweather, Jean Pascal et Stéphan Larouche avaient embauché un préparateur physique.

C’est ce préparateur physique que Pascal a congédié vendredi soir en apprenant de la VADA qu’il avait reçu un test positif à deux stéroïdes et à un dérivé des produits. 

Cependant, si Pascal n’a pas voulu donner le nom de ce préparateur physique, il m’a écrit hier pour préciser que le type en question n’était pas Angel Heredia ni un membre de son équipe. Par souci d’équité, il faut le préciser.

Je sais qu’un athlète est toujours responsable de ce qu’il avale ou injecte à son corps. Ultimement, c’est lui qui va payer le prix d’une façon ou d’une autre.

Mais je sais que les gymnases sont infestés de gourous qui sont très convaincants. Ces gourous connaissent des potions magiques et des recettes miracles qui, selon eux, vont procurer un avantage sur l’adversaire. Évidemment que l’adversaire a également son gourou qui prépare lui aussi une potion magique. Faut donc que sa potion magique soit la meilleure. La plus forte.

LA POTION MAGIQUE

Quand la gourou s’appelle Mélanie Grenier, qu’elle est universitaire et qu’elle achète elle-même les légumes et les poissons qu’elle fait cuire pour le boxeur et que c’est le médecin qui prescrit les vitamines et les suppléments alimentaires, c’est sécuritaire. C’était la belle équipe de Lucian Bute dans ses grandes années.

Mais parfois, souvent en fait, le gourou est un autodidacte. C’est lui qui commande les suppléments en poudre, souvent à base de créatine et de protéines pures et qui parfois injecte les compléments de vitamines au boxeur. Des seringues remplies de vitamine B12, on en a déjà vu. 

Je ne suis pas particulièrement naïf et pourtant, je crois que la plupart des boxeurs ne savent pas vraiment ce que le gourou leur prépare. Pour plusieurs, ils préfèrent ne pas savoir. La seule règle étant de ne pas se faire attraper par les agences antidopage.

C’est évident que jamais Jean Pascal n’a donné instruction à son préparateur de lui concocter un cocktail de stéroïdes. A-t-il fermé les yeux ? A-t-il fait confiance à un beau parleur comme il y en a tellement dans l’univers de la boxe ? Je pense que c’est l’hypothèse qui devrait être retenue.

DES VACHES AUX STÉROÏDES

À moins que Pascal ne fasse comme Canelo Alvarez qui s’est sorti d’un test négatif en soutenant que les vaches mexicaines étaient gonflées aux stéroïdes et que son steak habituel devait être contaminé.

Allez donc savoir comment sont élevées les vaches portoricaines...