/sports/hockey/canadien
Navigation

CH: retour sur les septièmes matchs

Le gardien du Canadien, Carey Price
Photo Martin Chevalier Le gardien du Canadien, Carey Price

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois depuis le printemps 2014, le Canadien jouera sa peau dans le cadre du septième match d’une série éliminatoire et à en juger par le passé relativement récent, la formation montréalaise peut croire en ses chances.

Le duel décisif de lundi face aux Maple Leafs de Toronto sera le 24e match numéro 7 de l’histoire du Tricolore, qui présente un dossier de 14-9 jusqu’ici. Et depuis le début du présent siècle, il a très bien fait dans de telles circonstances, obtenant la victoire cinq fois sur une possibilité de six.

D’ailleurs, lors de sa dernière septième partie, Montréal avait défait les Bruins de Boston 3 à 1. Ce soir-là, Carey Price avait répondu présent contre les récipiendaires du trophée des Présidents en bloquant 29 tirs sur la glace du TD Garden. Outre le gardien, Brendan Gallagher est le seul autre joueur de l’équipe actuelle ayant participé à cette rencontre; le numéro 11 avait obtenu des mentions d’aide sur les buts de Max Pacioretty et de Daniel Brière.

Pour revenir à Price, il disputera le quatrième match 7 de sa carrière dans la Ligue nationale et il s’agira de son premier face à un club autre que les Bruins. En 2008, il avait réalisé un jeu blanc de 5 à 0 au Centre Bell pour permettre aux siens d’accéder à la deuxième ronde. Trois ans plus tard, il a été déjoué par Nathan Horton durant la prolongation du match ultime d’une série de premier tour : Boston l’a emporté 4 à 3 et a mis la main sur la coupe Stanley ultérieurement.

À l’aise à l’étranger

Signe que le Canadien a souvent peiné en saison régulière et qu’il s’est donc contenté des dernières places donnant accès aux séries, la plupart de ses récentes septièmes parties ont eu lieu à l’étranger. En tenant compte de celle de lundi, six des sept rencontres du genre de l’équipe depuis 2004 se seront déroulées loin du Centre Bell.

Justement, il y a environ 17 ans, le Bleu-Blanc-Rouge avait complété la première remontée de son existence après avoir tiré de l’arrière 3 à 1. Un doublé de Richard Zednik au troisième tiers, combiné aux 32 arrêts de José Théodore, avaient propulsé le Canadien vers un triomphe de 2 à 0 contre Joe Thornton et les Bruins.

Le club montréalais avait fait le même coup aux Capitals de Washington six ans plus tard. Après avoir stoppé 53 tirs dans le duel précédent, Jaroslav Halak en avait bloqué 41 autres dans un gain de 2 à 1. Le même printemps, le Slovaque avait eu raison des Penguins de Pittsburgh 5 à 2 pour mener ses coéquipiers vers la finale de l’Association de l’Est.

Un but en or?

Par ailleurs, il faut remonter au siècle précédent pour retracer le dernier but inscrit par le Canadien dans la prolongation d’un match numéro 7. En fait, les deux plus récents exploits du genre ont été accomplis aux dépens des Whalers de Hartford. Au premier tour des séries 1992, Russ Courtnall avait tranché le débat en deuxième période supplémentaire en surprenant Frank Pietrangelo d’un tir des poignets pour procurer une victoire de 3 à 2 aux hommes de l’entraîneur-chef Pat Burns.

Auparavant, Claude Lemieux avait été l’auteur d’un des buts les plus célèbres de l’histoire de la Sainte-Flanelle en finale de la section Adams 1986. Il avait battu Mike Liut d’un lancer du revers dans la partie supérieure du filet pour donner un gain de 2 à 1 au Tricolore, qui a plus tard gagné sa 23e coupe Stanley à vie.