/news/currentevents
Navigation

Décès d’un quinquagénaire à Laval: pas d’accusations contre les policiers impliqués lors de l’intervention

Coup d'oeil sur cet article

Aucune accusation criminelle ne sera portée contre les agents du Service de police de Laval impliqués dans le dossier du décès d’un homme de 50 ans après une dispute familiale.

Cette décision a été prise par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) vendredi, après une enquête du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), qui a duré près de deux ans.

Dans la nuit du 27 au 28 juin 2019, un homme est agressif et crie en direction d’une proche. Face à cette situation, une amie de cette dernière prévient le couple qu’elle va téléphoner à la police. L’homme rétorque par des menaces de mort.

À leur arrivée, vers 0 h 40, deux policiers cognent à la porte de la demeure. L’homme ouvre la porte, les insulte et la referme. Ce n’est que quelques minutes plus tard qu’il décide de rouvrir la porte.

Conformément aux ordres reçus des policiers, il s’agenouille. Toutefois, il se relève rapidement et tente de se diriger vers l’une des femmes. C’est à ce moment que les agents interviennent physiquement auprès de l’homme et l’amènent au sol dans l’espoir de le menotter.

«Au moment de menotter l’homme à genoux, il aurait cessé de respirer», a relaté le BEI dans un communiqué.

Les policiers auraient utilisé le défibrillateur, sans succès, et le décès de l’homme âgé de 50 ans a été constaté sur place.

Après avoir examiné le rapport du BEI, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) conclut que l’analyse de la preuve ne révèle pas la commission d’une infraction criminelle par les policiers du Service de police de Laval (SPL). L’usage de la force étant justifié dans cette affaire, selon l’organisation.

C’est donc dire qu’aucun policier impliqué directement ou indirectement dans cette triste affaire ne fera face à la justice.