/opinion/columnists
Navigation

Le faux débat sur le tunnel

Coup d'oeil sur cet article

Trop de démagogues tentent de faire dévier le débat sur le fantasmagorique tunnel entre Québec et Lévis pour le réduire à une puérile guerre Québec-Montréal.

Avant de décider de tout projet d’infrastructure, le gouvernement doit toujours se poser la même question de base : l’investissement s’avère-t-il judicieux compte tenu des données d’achalandage réelles et projetées ?  

Au lieu de dévoiler ces données, le ministre François Bonnardel lance des chiffres en l’air. Ses collègues et lui évoquent à qui mieux mieux les infrastructures existantes à Montréal, telle une diversion qui a pour but de dissimuler que le projet évalué entre 6 et 10 milliards est sans fondement. 

Arguments irrationnels 

M. Bonnardel a même admis à Michel C. Auger que le travail n’était pas terminé. C’est toute une aberration, qui démontre à quel point ce projet se base sur des arguments complètement irrationnels.  

Dans cette même entrevue, le ministre a fait une déclaration renversante : on sera surpris d’apprendre que plus de gens vont circuler de Québec vers Lévis que le contraire. Quel mensonge ! 

En 2016, la Ville de Québec avait présenté une analyse des déplacements routiers où l’on concluait que trois fois plus d’automobilistes allaient de Lévis vers Québec que l’inverse, chaque matin. 

Et selon les plus récentes données colligées par le MTQ, en 2019, le trafic quotidien sur les ponts de Québec et Pierre-Laporte n’a pas bougé par rapport à 2010, pour se chiffrer à 159 000 passages.  

Projet partisan 

Pour finir, les trois quarts des usagers des ponts partent de l’ouest de Lévis pour aller dans l’ouest de Québec. Quel serait pour eux l’avantage de prolonger leur parcours vers le centre de Lévis pour aboutir au centre de Québec ? C’est tout à fait illogique. 

Les Québécois méritent de la transparence, d’autant plus lorsque le gouvernement décide de jouer avec leur argent pour des considérations partisanes. Après, François Legault se demandera pourquoi il fait si souvent l’objet de comparaisons avec Duplessis.