/news/society
Navigation

Visages de notre histoire: Emmett Johns, au service des jeunes de la rue

Cette chronique a été réalisée avec la précieuse collaboration de l’organisme Dans la rue.

Pops
Photo avec l’aimable autorisation des Archives de l’organisme Dans la rue

Coup d'oeil sur cet article

Ceux qui ont connu le Montréal des années 1980 et 1990 se souviennent sans doute d’avoir croisé, de près ou de loin, la roulotte chaleureuse du père Emmett Johns, « Pops ». Montréalais d’origine irlandaise, Emmett Johns naît en 1928 et grandit sur le Plateau Mont-Royal, dans la paroisse Sainte-Agnès, une paroisse catholique anglophone jusqu’en 1959, avant que les dominicains n’y construisent le sanctuaire Saint-Jude, rue Saint-Denis, près de la rue Duluth. Le père Johns, parfaitement bilingue, officie au début de sa carrière dans les années 1970 dans plusieurs organismes de réforme de la jeunesse, notamment auprès des jeunes filles. Il est aussi, de 1964 à 1971, le premier aumônier catholique à plein temps de l’hôpital Douglas, à Verdun, une institution de la communauté protestante de Montréal. À la fin des années 1980, il décide, après 60 ans de carrière, de se consacrer au soutien de la jeunesse itinérante.

Réalisations

Pops
Photo avec l’aimable autorisation des Archives de l’organisme Dans la rue

L’autobus du Bon Dieu... dans la rue

Pops se lance. Après avoir contracté un emprunt de 10 000 $ à sa caisse Desjardins, il achète un vieux véhicule motorisé et entreprend, malgré sa peur de la faune nocturne montréalaise, de sillonner les rues de la ville, entre 21 h et 3 h ou 4 h du matin. La roulotte va à la rencontre des jeunes et leur permet de se chauffer, de dormir quelques heures, de manger... Touché par les difficultés des jeunes, Pops passera le reste de sa vie à leur prêter main-forte, parfois sans compter ! Ses collaborateurs savent combien, le cœur sur la main, il pouvait donner tout son bien. La création de l’organisme « Le Bon Dieu dans la rue » contribue à canaliser ce besoin de soutenir les jeunes avec des services et des programmes à plus long terme. La société reconnaît rapidement la valeur de l’œuvre de cet homme chaleureux et attachant. Père Johns, qui sait parler des jeunes sans juger et en reconnaissant le potentiel de chacun, favorise l’adhésion du public.

Héritage

Pops
Photo avec l’aimable autorisation des Archives de l’organisme Dans la rue

Les enfants de chez Pops

En plus d’être sur le terrain avec l’autobus, Pops crée en 1993 le bunker, un endroit qui accueille surtout des mineurs, pour dormir et se relancer. Le centre de jour Chez Pops suit en 1997. L’organisme y offre des services de soutien psychologique et de relance, des formations sur le budget, des cours de français, d’anglais ou d’informatique, et peut recevoir 200 jeunes pour le repas du midi. Le père Johns reçoit de nombreux hommages, doctorats honorifiques, médailles et ordres, en plus de faire l’objet d’un documentaire et de porter la flamme olympique en 2004 ! Il restera actif jusqu’au bout, avant de décéder en 2018, à l’âge de 89 ans. L’organisme Dans la rue est toujours actif pour aider les jeunes de la rue, dans l’accueil inconditionnel, l’empathie et le respect, et aura aidé à soutenir des milliers d’entre eux, devenus depuis des adultes.