/sports/soccer/cf-montreal
Navigation

Montréal perd son entraîneur des gardiens

Montréal perd son entraîneur des gardiens
Photo d'archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

La rumeur courait depuis une bonne semaine, et le CF Montréal l’a officialisée lundi en annonçant que l’entraîneur des gardiens de but, Rémy Vercoutre, quittait son poste.

• À lire aussi: Bjørn Johnsen: citoyen du monde

• À lire aussi: CF Montréal: Toye vole la victoire

Le journal sportif français L’Équipe avait laissé savoir, la semaine dernière, que Vercoutre serait de retour avec l’Olympique lyonnais afin d’en devenir le nouvel entraîneur des gardiens.

Le Français de 40 ans, qui était entré en poste en décembre 2018 sous l’ère de l’ancien entraîneur-chef Rémi Garde, a joué la majeure partie de sa carrière à Lyon, dont il a porté les couleurs de 2002 à 2014.

Vercoutre n’était pas disponible pour une entrevue, mais a réagi par voie de communiqué. 

« Le Québec, Montréal et le CF Montréal resteront à jamais dans mon cœur et celui de ma famille », a-t-il indiqué.

Sa décision

C’est à la demande de Vercoutre que le directeur sportif du CF Montréal, Olivier Renard, a accepté de lui rendre sa liberté afin qu’il puisse rentrer à la maison.

« Après une bonne discussion avec Rémy, j’ai accepté sa demande de le libérer de ses engagements avec notre Club. »

La décision arrive au moment où l’équipe amorce une pause internationale sans match pendant un peu plus de trois semaines. Ça va laisser un peu de temps à Renard pour dénicher un successeur à Vercoutre.

« Nous sommes présentement en discussion avec différents candidats pour le remplacer. J’espère pouvoir annoncer notre choix rapidement », a mentionné le directeur sportif dans le communiqué.

Apprécié

Homme jovial et facile d’approche, Rémy Vercoutre était apprécié de ses gardiens, mais aussi des autres joueurs.

« Rémy était quelqu’un de très apprécié dans le groupe, a confirmé lundi le milieu de terrain Samuel Piette lors d’une visioconférence organisée par Soccer Canada. 

« Je suis content pour lui parce que je sais que ses enfants sont en France, mais on est très tristes de le perdre parce qu’il faisait du bon travail avec les gardiens. »

Comme il a déjà vécu le même genre de situation, Piette comprend très bien la décision de l’entraîneur.

« Il a la chance de rentrer à la maison et à sa vraie maison parce qu’il a joué Lyon. Je l’ai déjà dit, quand la maison appelle, c’est dur de dire non comme ç’a été le cas pour moi à Montréal. »