/news/coronavirus
Navigation

Déconfiner sera plus difficile que confiner, selon un inspecteur à la retraite

close up white surgical face mask on blue green background , the equipment mask to protect man health from flu , coronavirus infection , Health care concept
Cozine - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Fin du couvre-feu, retour du beau temps et victoire du Canadien: tous les facteurs étaient réunis pour que des débordements surviennent dans la métropole au courant du weekend, estime un ancien inspecteur de la police de Montréal. 

«C’est comme si on avait un réservoir et qu’on ouvrait les vannes, mais là, y’en a trois. Ça fait des mois et des mois que les gens sont confinés, je pense qu’ils regardaient leur montre et le calendrier, comptaient les dodos pour la fin du couvre-feu!», a confié André Durocher en entrevue sur QUB radio lundi matin.

Miser sur la prévention et la sensibilisation plutôt que sur la répression a été un choix logique dans les circonstances, selon l’ancien du Service de police de la Ville de Montréal.

«Ce n’est pas nécessairement clair pour tout le monde quelles sont les règles exactes. Vous faites un vox pop, je suis convaincu que vous parlez à cinquante personnes, vous allez avoir cinquante réponses de ce qui est permis ou pas.»

Le constat qui s’impose est clair: «un déconfinement, c’est plus difficile pratiquement qu’un confinement. Surtout lorsqu’on y va à petites doses, c’est très problématique», juge-t-il.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.