/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Un invité radioactif à Radio-Canada?

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous entendu parler de « L’affaire Stéphan Bureau » ?

Depuis mercredi dernier, celui qui anime pour l’été l’émission du matin à la radio de Radio-Canada se fait clouer au pilori pour avoir osé inviter une personnalité radioactive !

Quoi, a-t-il interviewé un criminel de guerre qui a trucidé une population entière au cours d’un sanglant génocide ? Un maniaque qui a égorgé des petits chatons ?  

Non, le seul crime de Stéphan Bureau est d’avoir osé tendre son micro à une personnalité controversée, le professeur français Didier Raoult, ce scientifique qui a vanté les mérites de l’hydroxychloroquine pour traiter la Covid-19.

  • Écoutez la chronique de Sophie Durocher avec Pierre Nantel sur QUB radio:

FRILEUSE PÉNÉLOPE

Ça en dit long sur notre époque quand le simple fait d’interviewer un individu « controversé » peut mettre en péril votre carrière.

Voici la transcription d’un dialogue étonnant entre Bureau et Pénélope McQuade quand il lui a annoncé qu’il recevrait Raoult à son émission :

McQuade : « Effectivement, Stéphan, c’est quand même étonnant, audacieux... et un peu dangereux. »

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Bureau : « Euh, en fait, ce qui me foudroie dans ce que vous dites, c’est qu’on puisse penser que ce soit dangereux ou étonnant. Parce que, après tout, y a-t-il des paroles qui ne devraient pas être entendues ? Surtout quand la sienne est celle qui dirige un institut de recherche où il y a des centaines de médecins, de chercheurs qui travaillent... »

McQuade : « Pas nécessairement lui dangereux, mais la présence de quelqu’un qui est controversé comme ça dans une émission... Je veux dire... les risques de ce que les gens vont dire autour... de la discussion que ça provoque... »

Bureau : « Ah, j’en suis convaincu, j’en suis convaincu, mais je travaille activement à ma retraite précoce... »

La question de Stéphan Bureau est essentielle : « Y a-t-il des paroles qui ne devraient pas être entendues ? »

Qui décide que tel invité mérite d’être écouté et que tel autre doit être « annulé » ?

Ce n’est pas comme si Stéphan Bureau allait tendre le crachoir à un pédophile qui allait partager ses astuces pour racoler les enfants et les agresser !

Pénélope McQuade a donné régulièrement la parole à des auteurs ou des penseurs qui avançaient des théories que je trouve tout à fait loufoques. Mais elle trouve « dangereux » que Bureau interviewe Raoult, qui est quand même directeur de l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée infection à Marseille, qui figure en première position des chercheurs européens dont les publications ont été les plus citées par la communauté scientifique internationale dans le domaine des maladies infectieuses ?

Même Amir Khadir a déjà publié dans les journaux une lettre appuyant, au début de la pandémie, l’approche Raoult : « Utiliser l’hydroxychloroquine serait une mesure d’exception comme le commande la situation d’exception dans laquelle on se trouve... »

DEUX POIDS, DEUX MESURES

Une fois que Stéphan Bureau a diffusé son entrevue avec le professeur Raoult, il s’est fait attaquer parce qu’il n’aurait pas, selon certains, assez confronté le scientifique.

C’est assez ironique parce que chaque jour, à Radio-Canada, des animateurs et animatrices font des entrevues mollassonnes avec des militants qui avancent des théories pas du tout scientifiques sur toutes sortes de sujets sociaux.

Mais ces animateurs, eux, ne se font jamais reprocher d’être trop complaisants.