/sports/football
Navigation

«Big Ben» vit d’espoir

«Big Ben» vit d’espoir
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le quart-arrière des Steelers de Pittsburgh Ben Roethlisberger espère qu’il sera en mesure de lancer le ballon avec plus de vélocité en 2021. 

Après avoir raté la majorité de la saison 2019 et subi une grosse opération en raison d’une blessure au coude de son bras droit, «Big Ben» n’était plus l’ombre de lui-même en 2020. En effet, il a maintenu une moyenne de 6,3 verges par tentative de passe lors de la dernière campagne, ce qui représente un creux historique pour lui en carrière.

«J’ai pris énormément de temps de repos pendant la dernière saison morte, a dit Roethlisberger mardi, lors d’une conférence de presse. J’espère et je prie vraiment pour que cela porte ses fruits.»

«J’ai eu une reconstruction complète de mon coude, a-t-il poursuivi. Cela a probablement rapport [à mon manque de production concernant les longues passes en 2020]. Je ne veux toutefois pas me servir de ça comme excuse.»

Comme si c’était la dernière fois

En 2021 et à 39 ans, Roethlisberger disputera sa 18e campagne dans la NFL.

«Je vais aborder ça comme je le fais chaque année: comme si c’était ma dernière saison, a indiqué le pivot. [...] Cela signifie simplement que je vais donner tout ce que j’ai. Je ne regarde jamais vers l’avenir. Je suis toujours dans le moment présent.»

«Big Ben» a également profité de son moment avec les médias pour expliquer pourquoi il avait accepté une réduction salariale de cinq millions $.

«C’était mon idée, a-t-il clamé. Je voulais aider l’équipe de toutes les manières possibles. Je suis allé les voir et je leur ai dit que je voulais les aider à attirer des joueurs qui pourraient nous aider à gagner des matchs. Je suis extrêmement chanceux de jouer aussi longtemps.»

Le détenteur de deux bagues du Super Bowl a également dit qu’il n’a jamais voulu porter un autre uniforme que les Steelers et qu’il était vraiment reconnaissant que le club ait encore confiance en lui, malgré le fait que ses performances sont sur le déclin depuis quelques années.

«Je saigne noir et or! Je veux être ici. Je ne veux pas être nulle part ailleurs.»