/sports/golf
Navigation

Prioriser l’équilibre avant tout

L’athlète de 23 ans a appris à concilier travail et repos pour connaître du succès

Noemie Pare
Photo courtoisie Noémie Paré a participé à une ronde d’entraînement sur le Lake Course de l’Olympic Club en vue de l’Omnium féminin des États-Unis.

Coup d'oeil sur cet article

À l’adolescence, Noémie Paré avait créé un vision board qu’elle avait accroché dans sa chambre peinturée aux couleurs des Jeux olympiques de Vancouver. Un panneau qu’elle a modifié au fil du temps, et qu’elle a bien sûr conservé. Il lui rappelle sans cesse ses racines, son parcours et ses objectifs. 

• À lire aussi: Une affaire de famille

• À lire aussi: Une évaluation par rapport à l’élite

Dans les grands événements de la vie, l’athlète âgée de 23 ans y avait entre autres épinglé les logos de l’Université Laval, de la NCAA, de la LPGA et des Jeux olympiques. 

Son fameux vision board.
Photo courtoisie
Son fameux vision board.

Déjà, elle a accompli des objectifs qu’elle s’était fixés il y a une dizaine d’années. Mais cette semaine, à l’occasion de l’Omnium des États-Unis, elle réalise l’un de ses plus sincères souhaits : celui de participer à un tournoi professionnel féminin. 

Et pas n’importe lequel : le US Open ! Et pas n’importe où : à l’Olympic Club de San Francisco, hôte d’un premier championnat national féminin et hôte de cinq grands championnats masculins. 

Chemin différent

Si la Québécoise se retrouve dans ce scénario rêvé par toute jeune golfeuse aux grandes ambitions, c’est qu’elle a tracé son chemin. Elle l’a toutefois fait différemment. 

Dans son cheminement scolaire, au secondaire, Paré a fréquenté des écoles prônant l’enseignement Waldorf. Cette pédagogie européenne se distingue en considérant l’élève dans sa globalité. Elle est axée sur le développement intellectuel, émotionnel et sensoriel. 

Son éducation l’a amenée à voyager en s’installant entre autres à Vancouver durant deux ans et à New York. Elle s’est ensuite dirigée vers la Floride, où elle a étudié en administration à l’Université Barry, à Miami. 

« Elle a suivi une évolution et compris les différentes facettes de la vie, a signalé avec fierté son père, Pierre. Elle s’adapte rapidement à son environnement. Elle est donc bien préparée à ce qu’elle vit présentement à l’Omnium américain. »

La golfeuse explique une part de ses succès par ses apprentissages scolaires différents. 

« Comme ma mère me dit souvent, j’ai développé ma volonté douce et ma capacité d’écoute à long terme. Avec le temps, j’ai appris l’équilibre entre le travail et le repos. Les bonnes choses viennent avec le temps. Il faut mieux jouer le jeu à long terme », a-t-elle expliqué. 

« Au golf, c’est important, car je me pose souvent la question si une situation donnée m’aide ou me nuit. Ce type d’apprentissage a beaucoup aidé mon développement personnel, car il n’était pas axé sur les résultats. C’était plutôt la compréhension. »

Des Jeux du Québec au US Open

Énergique, fonceuse et carburant au jeu dans sa jeunesse, Noémie devait se trouver une activité sportive. Elle a saisi un bâton de golf à Victoriaville en voulant suivre les faits et gestes de son grand frère, Jean-Michel. 

Rapidement, le sport l’a piquée. La petite balle blanche est aussi devenue un élément déterminant dans sa relation fraternelle. Elle a vu Jean-Michel percer chez les pros en participant à quelques tournois du circuit latin du PGA Tour, en plus des tournois au Québec. 

Elle a voulu marcher dans ses traces. Son père lui a donc offert un sac de golf à son anniversaire en septembre. L’été suivant, elle a aussitôt participé aux Jeux du Québec organisés à Gatineau, en 2010. 

Onze ans plus tard, avec plusieurs titres en poche, dont celui de championne amateur du Québec en 2020, Paré se trouve sur la scène dont elle rêvait dans sa jeunesse. 

Un signe qu’elle ajoutera d’autres crochets à son tableau au fil des prochaines années. 

L’Omnium américain féminin en bref  

  • Olympic Club (Lake Course) 
  • Normale 71 – 6457 verges 
  • 56 golfeuses 
  • Championne en titre : A-Lim Kim 
  • Bourse : 5,5 M$ (1 M$ à la championne)