/sports/golf
Navigation

Une évaluation par rapport à l’élite

Dans cette aventure unique à San Francisco, Noémie Paré s’est fixé de nombreux objectifs

Olympic Club
Photo courtoisie Le trou no 3 du Lake Course de l’Olympic Club, à San Francisco.

Coup d'oeil sur cet article

Dans cette aventure unique à San Francisco, Noémie Paré s’est fixé de nombreux objectifs. Celui auquel elle s’attardera plus particulièrement n’est pas le résultat. Elle souhaite surtout évaluer son jeu par rapport à l’élite mondiale.

• À lire aussi: Prioriser l’équilibre avant tout

• À lire aussi: Une affaire de famille

Sur le Lake Course du majestueux Olympic Club, configuré à la sauce des grands championnats de l’Association américaine de golf (USGA), elle sera servie à souhait sur 6457 verges. Il testera toutes ses habiletés, du tertre au vert. 

Les allées sont étroites, l’herbe est longue, les verts sont petits et bien protégés par des fosses de sable en plus d’être fermes et rapides. L’ADN pur et dur de la USGA. Les femmes affronteront une fois de plus le parcours le plus difficile de la saison. Elle s’élancera à 14 h 46, heure locale, en ronde initiale demain.

Pour n’importe quelle jeune golfeuse, l’ampleur de l’événement s’avère impressionnante. Les organisateurs ne font pas les choses à la moitié dans ce deuxième tournoi majeur de la saison. 

Paré se frottera aux grandes vedettes du circuit de la LPGA. Les Korda, Henderson, Thompson, Ko, Park, Jutanugarn et cie. 

« C’est impressionnant de voir les autres filles autour, mais si je change ma stratégie pour les suivre, ce n’est pas bon. Je dois me concentrer sur mes coups et mes stratégies sélectionnées.

« De cette façon, je peux voir où j’en suis rendue dans mon développement, a poursuivi celle disant se démarquer par sa constance. Je veux savoir si ma préparation et mon exécution sont au niveau des filles de la LPGA. »

Question d’expérience aussi

Évidemment, comme toutes les athlètes, Paré observera aussi les résultats. Un élément impossible à retirer de l’équation d’une performance. 

« C’est difficile de l’oublier. En donnant tout ce que je peux, on verra où ça peut me mener. Je souhaite résister au couperet vendredi soir. Mais je pense surtout à l’expérience. Si je joue bien ou je joue mal, j’aurai les informations nécessaires. Ce sera un indice pour savoir où j’en suis face aux meilleures golfeuses. »

Les performances, les résultats et l’attitude sont tous attachés l’un à l’autre. Mais à sa première participation à un tournoi professionnel, Paré estime que ce ne sera pas sa dernière.