/news/politics
Navigation

Bals de finissants: l’interdiction sera réévaluée

Même des directeurs d’école réclament des assouplissements quant aux bals de finissants

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le Dr Horacio Arruda

Coup d'oeil sur cet article

Après des élèves et des parents, voilà que des directions d’école réclament à leur tour des assouplissements aux règles entourant la tenue d’événements pour les finissants, jugées trop sévères dans le contexte actuel.

• À lire aussi: Les finissants lancent des pétitions pour avoir leur bal

• À lire aussi: Il faut avoir des bals de finissants, clame un expert en éducation

• À lire aussi: Retour à la normale pour les élèves du primaire et du secondaire cet automne

De son côté, le Dr Horacio Arruda s’est engagé mercredi à réévaluer la possibilité de permettre ou non les bals de finissants. « On n’est pas là pour écœurer la population », s’est-il défendu à la conférence de presse portant sur la prochaine rentrée scolaire.  

Annoncée en début de semaine, la décision de la Santé publique de faire une croix, cette année, encore, sur l’organisation de ce rite de passage des élèves du secondaire vers la vie adulte fait bien des mécontents.

Des cérémonies de remise de diplômes pourront être organisées, mais ces activités doivent se dérouler à l’école, pendant les heures de classe. Les parents ne peuvent y assister.     

  • Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec Rosalie Lamoureux, étudiante en 5e secondaire, sur QUB radio:

Trop loin

La Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE) juge que certaines directives vont trop loin, puisqu’elles sont encore plus strictes que l’an dernier. 

Lors d’une rencontre qui s’est déroulée mardi avec le ministère de l’Éducation, la FQDE a réclamé que des cérémonies de remise de diplômes puissent se dérouler en soirée ou pendant la fin de semaine. « On ne voit pas la pertinence de faire ça pendant les heures scolaires, mais alors pas du tout », lance son président, Nicolas Prévost. 

Les directions d’école souhaitent aussi que les parents puissent être présents, comme l’an dernier, tout en respectant les règles de distanciation physique.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Couverture vaccinale insuffisante

De son côté, le Dr Arruda a précisé que la couverture vaccinale de cette catégorie de la population est insuffisante, actuellement, pour donner le feu vert à l’organisation des traditionnels bals de finissants. 

« Mais je m’engage à refaire une évaluation très rapide, a-t-il ajouté. S’il y a une chose que les parents peuvent faire et les élèves, c’est de se faire vacciner, car ça, ça peut changer énormément la donne dans les prochaines semaines. »

La tenue des bals de finissants plus tard dans l’été est une avenue analysée. « C’est clair que quand une bonne proportion de gens vont avoir eu leur première dose, même le début de deuxième dose, là on fait face à une population qui a un autre statut immunitaire », a-t-il fait valoir. 

Partys clandestins

Les partis d’opposition craignent que l’interdiction d’organiser les bals de finissants n’encourage la tenue de partys clandestins visant à fêter le passage du secondaire au cégep. 

De tels rassemblements sont bel et bien prévus, confirment des jeunes rencontrés par Le Journal mercredi aux abords de l’École secondaire de La Seigneurie, à Québec.

Dans une lettre envoyée aux parents la semaine dernière, la direction de cette école leur a demandé de ne pas permettre à leur jeune de participer à de tels partys clandestins.

De son côté, Horacio Arruda est conscient que les décisions prises par la Santé publique peuvent avoir des effets pervers. « Ça fait partie des choses qu’on va revoir et réévaluer », a-t-il dit.