/sports/tennis
Navigation

Leylah Annie Fernandez éliminée à Roland-Garros

Elle s’incline en deux manches contre l’Américaine Madison Keys

Leylah Annie Fernandez n’a pas caché sa déception après son duel contre Madison Keys, mercredi, au tournoi de Roland-Garros.
Photo AFP Leylah Annie Fernandez n’a pas caché sa déception après son duel contre Madison Keys, mercredi, au tournoi de Roland-Garros.

Coup d'oeil sur cet article

Leylah Annie Fernandez s’est frottée à plus forte qu’elle, mercredi, au deuxième tour du tournoi de Roland-Garros. La Québécoise a été éliminée après une défaite de 6-1 et 7-5 contre l’Américaine Madison Keys.

• À lire aussi: Internationaux de France: Félix Auger-Aliassime tombe à son tour

• À lire aussi: Japon: les fans d’Osaka se mobilisent pour la soutenir après son retrait de Roland-Garros

La logique a été respectée dans ce match, même si Fernandez s’est bien battue lors de la deuxième manche. 

La première manche a été toute à l’avantage de Keys, qui a été dominante dans toutes les facettes du jeu. Elle n’a laissé aucune chance à la Québécoise en la brisant deux fois. 

Après une première manche à sens unique, Keys aurait pu fermer les livres assez rapidement. Elle a pris une avance de 3-1 grâce à un bris à la troisième partie lors de la deuxième manche. 

Elle a cependant ouvert la porte à Fernandez, qui a sauté sur l’occasion pour créer l’égalité quelques minutes tard. La 69e raquette mondiale a refusé de baisser les bras. 

Avec un pointage de 5-3 en faveur de Keys, elle a notamment sauvé trois balles de match sur son service. Puis, lors du point suivant, elle a brisé l’Américaine pour faire 5-5. On peut parler d’une belle preuve de caractère, même si son adversaire a remporté la manche et le match par la suite. 

Leylah Annie Fernandez n’a pas caché sa déception après son duel contre Madison Keys, mercredi, au tournoi de Roland-Garros.
Photo AFP

Match difficile

Même si elle est âgée de 18 ans seulement, Fernandez n’est pas passée par quatre chemins pour expliquer sa performance.  

« C’était un match difficile, a-t-elle expliqué lors d’un point de presse. Si j’évalue mon jeu sur une échelle de 1 à 10, je me donnerais un 0 pour mon niveau de tennis. 

« Je ne suis pas heureuse de la façon que j’ai joué et que je me suis comportée sur le terrain. C’est une défaite méritée. »

La Lavalloise a continué d’être critique par la suite. 

« Je n’ai pas suivi le plan de match et j’ai fait trop d’erreurs de base. Même si je me suis battue en deuxième manche, ça ne change rien. J’ai perdu et je déteste perdre. Je ne retiens pas beaucoup de positif de ce match.

« Mon attitude était négative et je n’avais pas assez une attitude de combattante pour battre une joueuse comme Madison. »

Dans les prochaines heures, Fernandez va s’entretenir avec son entraîneur, son père Jorge, pour remettre les compteurs à zéro.  

« Il me connaît à 100 % et il peut me dire la vérité même si c’est parfois difficile à entendre. On va sûrement trouver une façon de revoir le match. Par la suite, je vais retourner sur le terrain et travailler plus fort. »

Place au double

Fernandez n’aura pas le temps de ruminer cette défaite trop longtemps. Elle amorce son tournoi en double en compagnie de Gabriela Dabrowski, jeudi. 

Au premier tour, les deux Canadiennes affronteront la paire composée de l’Espagnole Georgina Garcia Perez et de l’Allemande Julia Wachaczyk. 

Si elles l’emportent, elles se frotteront à l’équipe de l’Australienne Ellen Perez et de la Chinoise Saisai Zheng, 13es favorites du tournoi. 

« Gabriela a beaucoup d’expérience dans les tournois du Grand Chelem. Je pense qu’elle peut me donner quelques bonnes tactiques pour le double, a mentionné Fernandez. Elle peut m’aider à retrouver mon niveau de tennis. 

« Demain [jeudi], c’est une nouvelle journée. Demain [jeudi], c’est un nouveau match. Et je vais faire de mon mieux pour qu’on remporte la victoire. »

Est-ce qu’on pourrait avoir une paire Dabrowski-Fernandez aux Jeux de Tokyo ?

« Ça serait amusant si on pouvait faire ça. Je crois que nous formons une bonne équipe. Nos styles se complètent bien. Je suis plus offensive alors qu’elle est meilleure au filet en plus d’être rapide. »