/entertainment/movies
Navigation

Un film complotiste dans les Cinémas Guzzo

Hold-Up a été critiqué pour son approche trompeuse

Hold-Up
Photo courtoisie Le documentaire Hold-Up a provoqué un tollé en France l’automne dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Le documentaire complotiste Hold-Up, qui avait fait polémique en France l’automne dernier parce qu’il relaie des affirmations fausses ou trompeuses sur la pandémie de COVID-19, sera présenté dans les cinémas de la chaîne Guzzo à compter de vendredi.

• À lire aussi: Guzzo rouvre ses cinémas

Sorti en ligne le 11 novembre dernier en France, Hold-Up : retour sur un chaos, un documentaire de 2 h 40, prétend «soulever et dénoncer les mensonges et corruptions» de la gestion de la crise sanitaire en France.   

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:   

Le problème, c’est que plusieurs médias français ont décortiqué les thèses conspirationnistes reprises dans le film pour constater que la majorité d’entre elles sont mensongères. Dans un dossier publié à la mi-novembre, l’Agence France-Presse a identifié dans le film pas moins d’une trentaine d’affirmations fausses ou trompeuses. 

Quatre académies scientifiques, dont celles de médecine et de pharmacie, ont aussi dénoncé Hold-Up comme étant un «bric-à-brac d’inepties». 

  • Écoutez l'entrevue avec Vincent Guzzo au micro de Sophie Durocher sur QUB radio:

Face aux critiques, certaines plateformes de diffusion en ligne (dont Vimeo et Dailymotion) ont arrêté d’offrir Hold-Up aux internautes. Cela n’a pas empêché le film d’être vu plus de deux millions de fois sur le web l’automne dernier.

Le documentaire <i>Hold-Up</i> a provoqué un tollé en France l’automne dernier.
Capture d'écran tirée de YouTube
Le documentaire Hold-Up a provoqué un tollé en France l’automne dernier.

Joint par Le Journal, le président des Cinémas Guzzo, Vincent Guzzo, dit avoir programmé ce film controversé dans ses salles parce qu’il avait reçu plusieurs demandes de gens qui souhaitaient le voir et qui étaient prêts à faire des réservations de groupe. Même s’il n’adhère pas du tout aux théories véhiculées dans le documentaire, il a voulu le diffuser au nom de la liberté d’expression.

«J’ai décidé de montrer le film pour satisfaire les personnes qui veulent le voir, s’est-il défendu. Les gens qui ne sont pas intéressés ne sont pas obligés d’aller le voir. Le film n’a pas été banni et je ne considère pas qu’il est nocif. Si j’avais décidé de ne pas le présenter, certaines personnes m’auraient accusé de faire de la censure. Je préfère laisser au public la liberté de choisir s’il veut voir un film ou pas.»

Farfelu

Réalisé par Pierre Barnérias avec un budget dérisoire (environ 300 000 $), Hold-Up donne la parole à une trentaine d’intervenants et experts qui étaient déjà connus pour leurs prises de position controversées dans les médias français depuis le début de la pandémie. 

Parmi les affirmations les plus farfelues, on note celles d’un ancien pharmacien qui prétend que le virus de la COVID-19 a été fabriqué dans un laboratoire de l’Institut Pasteur. 

«Je vais laisser les gens juger par eux-mêmes, mais il n’y a pas beaucoup de données scientifiques qui appuient les théories défendues dans le film, admet Guzzo. Je suis loin d’être un complotiste et je peux vous dire que le contenu de ce film-là ne va pas aider la cause des complotistes.»

Ce n’est pas la première fois que Vincent Guzzo décide de présenter un film controversé dans ses cinémas. Il y a deux ans, l’homme d’affaires avait provoqué un tollé en diffusant le film américain Unplanned, un long métrage taxé de propagande antiavortement.

Guzzo ne s’attend pas toutefois à ce que la sortie de Hold-Up fasse autant de bruit que celle de Unplanned. «À date, j’ai reçu seulement un courriel d’insultes au sujet de Hold-Up, dit-il. Pour le film sur l’avortement, j’avais reçu des menaces de mort. C’était intense». 

Les mensonges de Hold-Up  

En novembre dernier, l’Agence France-Presse a identifié une trentaine d’affirmations fausses ou trompeuses se retrouvant dans Hold-Up. En voici quelques-unes :     

  • Les masques chirurgicaux sont inutiles contre l’épidémie.     
  • Les masques en coton deviennent «des nids à microbes en quelques heures».     
  • Le virus de la COVID-19 a été fabriqué dans un laboratoire par l’Institut Pasteur, il y a des années.     
  • La deuxième vague est une invention des médias     
  • Le vaccin contre la polio de la fondation Bill Gates a paralysé 400 000 enfants en Inde.     
  • La phase 3 des essais pour trouver un vaccin contre la COVID-19 a été sautée.     
  • En France, les patients âgés atteints de la COVID-19 ont reçu une «seringue de Rivotril pour les achever complètement alors qu’ils étaient en détresse respiratoire».     
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.