/finance/opinion/columnists
Navigation

Un honteux 20 millions $ aux patrons d’Air Canada

Coup d'oeil sur cet article

 Le conseil d’administration d’Air Canada a décidé de récompenser ses dirigeants avec une « prime de motivation liée à la pandémie de COVID-19 » de 20 millions de dollars.

Pourquoi ? Parce qu’ils ont obtenu un « rendement exceptionnel » dans le cadre du plan d’atténuation des contrecoups de la COVID-19 mis en place à la suite de la paralysie quasi totale des activités de la société une fois les frontières fermées. 

Cela étant dit, qu’ont réalisé de si « exceptionnel » les dirigeants d’Air Canada ?    

  • D’avoir bouclé l’année 2020 dans le trou de 4,7 milliards de dollars ?    
  • D’avoir mis à pied 20 000 employés ?    
  • D’avoir refusé, jusqu’à tout récemment, de rembourser aux clients les milliards de dollars liés aux vols annulés ?    
  •  D’avoir réussi à soutirer du fédéral quelque 650 millions $ en subvention salariale d’urgence pour conserver une partie des employés ?    
  • D’avoir obtenu du gouvernement Trudeau une aide financière de 5,9 milliards $ ?         

Voyons donc ! Quand une compagnie verse à chacun de ses hauts dirigeants des millions de dollars en rémunération, comme c’est le cas chez Air Canada, j’ose croire que ça fait partie de leur job d’avoir à cœur la survie de l’entreprise ! 

Quoi qu’il en soit, au bout du compte, ce ne sont pas les dirigeants d’Air Canada qui ont sauvé la compagnie de la catastrophe financière, c’est nous, les contribuables canadiens.

Par l’entremise du gouvernement fédéral, nous avons injecté des milliards et des milliards de dollars pour aider Air Canada à survivre à la suite de la grave crise liée à la pandémie de la COVID-19.  

  • Écoutez la chronique économique de Michel Girard sur QUB radio:   

COMPENSATION DÉGUISÉE

À vrai dire, la nouvelle « prime de motivation » de 20 millions $ sert de compensation financière pour permettre aux dirigeants d’Air Canada d’éponger le manque à gagner relié à leurs habituelles primes d’intéressement à long terme, lesquelles ont vu leur valeur chuter à la suite de la déconfiture du titre d’Air Canada en Bourse.

Le conseil d’administration d’Air Canada a d’ailleurs fait usage de son « pouvoir discrétionnaire » pour retirer la catastrophique année 2020 du calcul des primes d’intéressement à long terme destinées aux cadres pour la période allant de 2017 à 2020. Rien de moins ! 

Les administrateurs d’Air Canada croient que la nouvelle « prime de motivation » permettra d’éviter un important problème de « maintien en poste » de ses cadres, et ce, à un moment « où nous avons le plus besoin de nos talents clés pour assurer notre survie et notre redressement futur au profit » de nos actionnaires.

Le conseil a également accordé aux hauts dirigeants des « droits à la plus-value d’actions », lesquels droits vont leur permettre de récupérer la portion du salaire à laquelle ils ont renoncé au début de la pandémie du coronavirus.

L’octroi de la nouvelle « prime de motivation » de 20 millions de dollars aux dirigeants d’Air Canada est honteux. C’est un affront à l’ensemble des contribuables canadiens qui ont avancé depuis un an 6,5 milliards de dollars à Air Canada pour l’aider à sauver sa peau.