/opinion/faitesladifference
Navigation

Cri du cœur d’une élève du secondaire: n’hésitez plus et déconfinez les bals de finissants, s.v.p.

Coup d'oeil sur cet article

L’année n’a pas été facile. Que dis-je, les deux dernières années n’ont pas été faciles. Les élèves n’attendent que la fin des cours pour retrouver le sourire, une raison à tous leurs efforts, un temps pour reprendre leur souffle.

• À lire aussi - Bals de finissants: l’interdiction sera réévaluée

La cohorte finissante de 2021 a été choyée, le 30 mai dernier, par une formidable nouvelle couronnant de manière exceptionnelle toutes les déceptions que l’année avait apportées. Gracieuseté du gouvernement, du ministère, de la COVID-19, les finissants peuvent dire au revoir à tout espoir de clore leur passage au secondaire de façon significative. Pas de bal, pas de collation des grades, pas d’activités de finissants. Alors que la nouvelle peut arriver comme une évidence pour certains, les secondaires 5 la voient différemment.

Pendant des mois nous nous sommes accrochés à l’idée de voir arriver les vaccins pour nous permettre d’avoir, une bonne fois pour toutes, une soirée entre finissants, un bal. Il n’y a que quelques jours, on nous encourageait à nous faire vacciner dans l’idée que nous pourrions avoir un bal déconfinés. Mais tous les rêves, aussi petits et atteignables semblaient-ils, tombèrent à l’eau en ce fameux lundi.

Grande déception

La déception se lit sur tous les visages, mais c’est l’incompréhension, la colère et la tristesse qui règnent en nous. L’incompréhension, car autant de mesures s’opposant aux activités des finissants semblent sortir de nulle part. Dans les médias de bonnes nouvelles surgissent enfin. Les gens se font vacciner, les cas diminuent, les terrasses ouvrent à Montréal, les Canadiens gagnent les séries, le couvre-feu est levé. 

Pourtant, malgré toutes ces améliorations, les finissants ne pourraient pas bénéficier d’un bal de fin d’études ? Un événement qu’ils méritent profondément après une année si difficile. Que sont-ils censés faire ? Quitter l’école après leur dernier examen sans jamais se retourner ? Sans la possibilité de dire au revoir. Au revoir aux élèves. Au revoir aux profs. Au revoir à l’école. Rien qu’à l’écrire, j’ai les larmes qui me montent aux yeux. Un bal aurait été apprécié, encourageant, nécessaire. Pour souligner nos efforts. Ou simplement pour dire au revoir.

Imposer une liste de contraintes inatteignables pour limiter les bals et la collation des grades est la meilleure façon de voir apparaître des festivités non encadrées un peu partout. Au moins, à l’école, nous aurions été certains que les mesures sanitaires seraient respectées. En privant les élèves d’un environnement contrôlé pour souligner leur fin de secondaire, on ne fait que donner l’occasion aux finissants d’organiser des soirées pas mal moins COVID-friendly. Les après-bals dans les parcs nous sont livrés sur des plateaux d’argent plutôt que d’être sécurisés. Donc, oui, beaucoup d’incompréhension ressort de cette annonce.

Larmes de colère

Des larmes de colère, des larmes de tristesse, un peu des deux. En tant que finissante 2021, je vais avoir eu beau espérer, des fois j’ai l’impression que notre gouvernement oublie l’importance de ce rite de passage que sont la collation des grades et le bal de fin d’études.

Nous avons des compromis à proposer, nous avons des idées pour tout faire fonctionner. Laissez-nous une chance de prouver que c’est réalisable de façon sécuritaire, mais si des ententes ne sont pas faites, si les deux pages de contraintes restent inchangées, je peux vous garantir que les parcs vont se remplir.

Avec les dernières onces d’espoir qu’il me reste,

Cordialement,

Photo Pierre-Paul Poulin

Anne Césaré,
Finissante du secondaire
Collège Ville-Marie
Montréal

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?