/news/politics
Navigation

Départ de Fitzgibbon du Conseil des ministres: Girard dit qu’il n’est pas un ministre par intérim

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre des Finances, Eric Girard, occupe les fonctions de ministre de l’Économie depuis la démission de Pierre Fitzgibbon, et il ne croit pas occuper ce poste de façon temporaire.

• À lire aussi: Le code d’éthique n’est pas une barrière à l’implication des gens d’affaires, selon l’opposition

• À lire aussi: Fitzgibbon quitte le navire en pleine relance économique

« Non. Le PM m’a demandé d’assumer les fonctions hier et je suis très heureux qu’il ait pensé à moi. Si mon collègue revient, il faisait un travail remarquable, ce sera pour le mieux et ça me fera plaisir de lui donner son poste, mais j’assume les responsabilités pleinement », a indiqué M. Girard jeudi en mêlée de presse.    

  • Écoutez l'entrevue de Pierre Fitzgibbon avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Il conserve toutefois intégralement l’équipe de M. Fitzgibbon et ne s’empêchera pas de mettre à contribution l’homme d’affaires, qui a démissionné de son poste de ministre parce qu'il ne se conformait pas au code d’éthique de l’Assemblée nationale. « Si je sens le besoin de consulter Pierre, je vais le faire », a-t-il dit. « C’est normal dans les fonctions que nous avons de parler à plusieurs personnes », a ajouté M. Girard. 

L'expérience

M. Girard croit qu’il sera capable d’occuper ces deux fonctions névralgiques, en pleine relance de l’économie, en raison de son expérience politique. Il est ministre des Finances depuis 2018. « Si c’était la première année où j’étais ministre des Finances, la question se poserait. Mais j’ai plus d’expérience et je sais exactement où on s’en va. [...] C’est un travail d’équipe et je suis confiant », a-t-il affirmé.  

Contrairement à M. Fitzgibbon, l’ex-banquier s’est conformé au code d’éthique, et il souligne qu’il a perdu de l’argent en venant en politique. « Le service public, c’est noble et je suis content de le faire. C’est certain qu’il y a un coût d’opportunité, on a moins de revenus que j’en avais dans le secteur privé et on accepte ça », a-t-il dit. 

Mais il a plaidé en faveur de M. Fitzgibbon, car il a pu « placer ses avoirs dans un mandat sans droit de regard sans encourir de pertes », alors que M. Fitzgibbon aurait perdu une somme considérable en vendant sa participation dans deux entreprises qui ne sont pas cotées en Bourse : près d’un million de dollars, selon lui. 

«Pierre Fitzgibbon a fait des sacrifices», soutient François Legault  

TVA Nouvelles

François Legault a rencontré les journalistes en mêlée de presse au lendemain de la démission de Pierre Fitzgibbon à la suite du rapport de la commissaire à l’éthique.

En parlant du ministre de l'Économie, le premier ministre affirme que «c'est malheureux [...] [et que] le Québec n’a jamais vu un ministre de l’Économie aussi compétent».

Un remaniement ministériel n'est pas dans les plans, dit François Legault. Pierre Fitzgibbon demeure député de Terrebonne.      

  • Écoutez la chronique de Caroline St-Hilaire à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio:   

«Je ne suis pas certain qu’il y a beaucoup d’entrepreneurs prêts à perdre des millions pour venir en politique».

«Je pense que les Québécois sont d’accord pour dire que Pierre Fitzgibbon a fait des sacrifices. La moindre chose que l’on puisse faire est de lui laisser le temps de vendre ses actions», ajoute-t-il.

Bals des finissants

«Je trouve ça triste qu’il n’y ait pas de bals, surtout après l’année qu’ils ont vécue», dit le premier ministre.

«Pour que le Québec soit aussi riche que ses voisins, il faut avoir des entrepreneurs en économie et les autres partis n’ont pas l’air d’accord avec ça», critique le premier ministre. 

À VOIR AUSSI: