/sports/fighting
Navigation

De l’EPO s’ajoute au dossier de Pascal

Conférence Arianne Fortin
Photo d'archives, Agence QMI Jean Pascal

Coup d'oeil sur cet article

Plus les jours défilent, plus les preuves s’accumulent contre Jean Pascal. Selon le site The Ring, une quatrième substance aurait été détectée dans les échantillons fournis par le Québécois à la Voluntary Anti-Doping Association (VADA).

• À lire aussi: Tous les boxeurs de EOTTM font le poids

• À lire aussi: Test positif à deux stéroïdes de Jean Pascal: «C’est très désolant»

• À lire aussi: 5 constats: Jean Pascal: Croire ou ne pas croire

Cette fois, le champion du monde WBA des mi-lourds aurait été déclaré positif à l’érythropoïétine (EPO) selon des sources directement impliquées dans le dossier. Ces nouveaux résultats ont été révélés mercredi soir et les camps des deux boxeurs en ont été informés, jeudi.

Ce sont les échantillons du 14 mai qui ont révélé la présence d’EPO toujours selon les mêmes sources. Cette substance, comme les trois autres trouvées dans l’organisme du Québécois, est seulement injectable.

La prise de l’EPO permet à l’athlète d’avoir une augmentation du nombre de globules rouges dans son sang. C’était la même substance que prenaient l’ancienne gloire du cyclisme, Lance Armstrong et l’ancienne cycliste québécoise, Geneviève Jeanson, durant leur carrière respective.

Ce produit interdit est plus long à détecter dans les tests que les autres.

C’est pour cette raison que les résultats ont seulement été publiés mercredi et pas avant.

Deux tests positifs

Vendredi dernier, le combat revanche de Pascal contre Badou Jack, qui devait avoir lieu le 6 juin, a été annulé.

À ce moment-là, les tests du boxeur de 38 ans, soumis les 14 et 17 mai, avaient révélé la présence de deux substances interdites : Epitrenbolone et Drostanolone. Il y avait également du Drostanolone métabolite qui est un dérivé de la deuxième substance.

Pascal a maintenant le droit de faire tester son échantillon B, mais il devra payer les coûts de tous les tests nécessaires.

Cependant, dans l’historique des tests antidopage, il est rare que les échantillons A et B révèlent des résultats différents.

Avec l’annulation de son combat et les frais de son long camp d’entraînement à Porto Rico, Pascal a perdu une somme avoisinant les 2 millions $.

C’est une nouvelle terrible pour Pascal, mais aussi pour le visage de la boxe québécoise à travers le monde.