/lifestyle/family
Navigation

Fleurs et potager: Des fraises sur votre terrasse

Coup d'oeil sur cet article

La culture des petits fruits est actuellement plus populaire que jamais, particulièrement auprès des jeunes familles. On voit ainsi depuis quelque temps des plates-bandes fruitières et des vergers urbains se dessiner dans le paysage des villes. Par contre, lorsqu’on ne possède pas de terrain, est-ce tout de même possible de cultiver des petits fruits ? Certainement ! Il s’agit simplement de cultiver des fraises en pot sur les terrasses et les bacons !

Diversité de couleurs

Certains cultivars de fraisiers produisent leur fructification principalement en juin tandis que d’autres, comme Delizz®, forment des fruits tout au long de l’été. De plus, il existe aujourd’hui de jolies variétés de fraisiers dont les fleurs sont rouges, roses ou blanches. Par exemple, les cultivars « Gasana », « Rosalyne », « Ruby Ann » et « Toscana » produisent des fleurs de couleur rose qui se transforment ensuite en fruits rouges coniques au goût sucré.

Fraisier Berried 
Treasure® « Pink »
Photo courtoisie, Proven Winners
Fraisier Berried Treasure® « Pink »

Pour leur part, « Berried Treasure® » « Pink » et « Red » produisent tout l’été de magnifiques fleurs roses doubles qui se transforment ensuite en savoureux fruits de couleur rouge. D’une largeur et d’une hauteur d’environ 45 cm, ces deux cultivars font sensation dans les boîtes à fleurs et les paniers suspendus.

Quant aux cultivars « Keoki », Natural Albino® et « White Carolina », ils produisent au début de l’été des fruits de couleur blanche, couverts de petites semences rouges. Au dire de certains, la saveur de ces fruits pour le moins originaux rappellerait celle de l’ananas. Ce type de fraisier n’étant pas autofertile, il est donc nécessaire de le planter en compagnie d’un ou deux autres fraisiers afin d’assurer sa pollinisation.

Photo courtoisie, Agrotonomy

Je vous suggère également de faire l’essai du fraisier alpin. Il s’agit d’un fraisier très florifère qui produit sans arrêt, de la fin du printemps jusqu’à l’automne, de savoureux petits fruits rouges ou blanc jaunâtre de forme allongée, selon les cultivars. Cette plante vivace compacte, qui ne forme pas de stolons comme les autres fraisiers, est parfaitement rustique jusqu’en zone 3.

Des fraises partout, même sur les murs !

Comme les fraisiers n’ont pas besoin de beaucoup d’espace, on peut facilement les cultiver en panier suspendu, dans une boîte à fleurs ou même sur un mur végétalisé !

On peut aussi retrouver sur le marché horticole des contenants cylindriques érigés comportant de multiples trous, appelés tours à fraises, dans lesquels les fraisiers poussent particulièrement bien. On peut facilement fabriquer soi-même ce genre de tour pour cultiver des fraises à partir de vieux tuyaux récupérés.

Fraises poussant sur un mur végétalisé
Photo courtoisie, Plants on Walls
Fraises poussant sur un mur végétalisé

Sur une terrasse ou sur un balcon, la façon la plus simple de cultiver des fraises est assurément en contenant. Les pots de plastique peuvent faire l’affaire, mais il est à mon avis préférable de les planter dans des contenants en terre cuite ou en textile.

Les pots en textile épais – dont les pores sont remplis d’air – assurent une meilleure isolation des racines durant l’hiver. Pour augmenter les chances de survie de vos fraisiers, arrosez-les abondamment en octobre et, plutôt que de les laisser sur la terrasse ou le balcon, vous pouvez les déplacer et les disposer directement sur le sol vers la fin de novembre. N’hésitez pas à les recouvrir de feuilles mortes ou de neige.

Fraises alpines 
« Yellow Wonder »
Photo courtoisie, leaderplant.com
Fraises alpines « Yellow Wonder »

Bien qu’il soit nécessaire de remplacer certains plants de fraises tous les trois ans – ou chaque année s’ils n’ont pas survécu à l’hiver –, il est préférable de leur fournir un terreau riche de haute qualité, composé de compost et de tourbe de sphaigne.

La pourriture grise, une maladie commune

La moisissure blanc grisâtre qui recouvre le feuillage et les fruits de certaines plantes comme les fraises par exemple est le symptôme d’une maladie appelée pourriture grise causée par un champignon nommé botrytis. Cette maladie, qui se développe surtout par temps humide, est particulièrement fréquente chez les fraisiers.

Les mesures que vous devez prendre pour éviter l’apparition de cette maladie sont les suivantes : espacez davantage les plants afin d’améliorer l’aération et réduisez les arrosages – ou installez un système d’irrigation goutte-à-goutte qui ne mouillera pas le feuillage. À l’automne, coupez les tiges et les feuilles des fraisiers affectés et jetez-les aux ordures.

Fraises blanches
Photo courtoisie, Better Homes and Gardens
Fraises blanches

Au printemps suivant, fournissez du compost aux plantes vivaces qui ont été touchées par le botrytis. Si la pourriture grise réapparaît durant l’été qui suit, faites deux ou trois vaporisations d’un fongicide d’origine naturelle à base de cuivre, comme de la bouillie bordelaise par exemple, sur les plantes touchées afin de limiter la progression de la maladie. Attention ! Bien que ce fongicide soit toléré en agriculture bio, le cuivre que contient la bouillie bordelaise n’en demeure pas moins toxique à forte dose. À utiliser en dernier recours seulement.

Plantes adaptables 

Les fraisiers sont des plantes très adaptables qui peuvent pousser dans divers types de sols à condition qu’ils soient légers, frais et bien drainés. Lorsqu’on les plante dans un sol argileux, il est préférable d’y ajouter du compost afin de l’alléger et de l’assouplir. De plus, un sol légèrement acide permettra d’obtenir de meilleures récoltes.

Fraisier « Ruby Ann ».
Photo courtoisie, gardenia.net
Fraisier « Ruby Ann ».

Aussi, on peut tailler les rhizomes – sortes de tiges rampantes émises par la plupart des fraisiers – pour éviter l’épuisement des plants et favoriser leur productivité.