/sports/golf
Navigation

Golf: Noémie Paré fait le plein d’expériences

La Québécoise est évincée des rondes du week-end

GLF-SPO-USG-USL-U.S.-WOMEN'S-OPEN---ROUND-TWO
Photo AFP En plus d’affronter l’intransigeant Lake Course de l’Olympic Club, Noémie Paré a composé avec les intempéries particulières de la région de San Francisco à ses deux rondes à l’Omnium américain.

Coup d'oeil sur cet article

Incapable d’acheter le moindre petit oiselet à ses deux rondes, la Québécoise Noémie Paré a plié bagage à l’Omnium féminin des États-Unis présenté au redoutable Olympic Club de San Francisco. 

En débarquant en Californie, la golfeuse amateur âgée de 23 ans avait signalé en entrevue au Journal qu’elle souhaitait d’abord et avant tout évaluer son jeu par rapport à l’élite mondiale en plein tournoi du Grand Chelem. 

Comme tout athlète, elle regarderait le résultat sans toutefois y accorder une trop grande importance. Avec des rondes de 80 (+9) et 84 (+13) dans les conditions peu clémentes particulières à la région de San Francisco, Paré n’a pas survécu au couperet avec son dossier cumulatif de +22. Celui-ci l’a reléguée au bas du classement. 

Mais une participation au plus grand championnat féminin des États-Unis vaut son pesant d’or. L’athlète de Victoriaville, membre de la formation amateur canadienne, avait obtenu à titre son billet par la qualification. Un véritable exploit en soi alors qu’elle était l’une des quelque 60 golfeuses à l’avoir poinçonné parmi les 1595 inscriptions. 

« Je ne serais pas humaine de dire que je ne suis pas déçue en ce moment, a exprimé Paré au Journal dans une réaction à chaud après sa sortie du parcours, hier en fin d’après-midi. On savait à quoi s’attendre et on veut toujours faire mieux. C’était une belle expérience. J’ai appris beaucoup de choses et pris énormément d’informations depuis une semaine. »

Des leçons importantes

Parmi les leçons de cette première participation à un tournoi professionnel, qui plus est sur le parcours le plus ardu du calendrier féminin, la golfeuse québécoise a appris à devoir exécuter, sous pression, les coups importants aux moments opportuns. 

« Ce parcours ne te donne aucune latitude quand tu te mets hors position. Tu ne peux rien faire d’autre que te remettre en meilleure posture avec un petit coup, a expliqué celle qui n’a atteint que 14 des 36 verts en coups prescrits. Une statistique qui ne ment pas sur l’intransigeant Lake Course de l’Olympic Club.

« Je n’ai pas réussi à sauver les normales après mes approches, a ajouté celle qui a peiné autour des verts. J’ai manqué des roulés et au fil des fanions, sur des surfaces aussi rapides, on vient à douter et manquer de confiance. Les coupes rapetissaient de plus en plus. »

Ayant aussi de la difficulté à s’ajuster à la vitesse des verts, elle n’a pu célébrer d’oiselet. 

Déjà, elle s’est mise à l’évaluation de sa semaine de travail lors de laquelle elle a su gérer son stress. 

Sa participation à l’Omnium américain restera à jamais gravée dans sa mémoire. Entourée de sa famille, elle reste ce week-end sur le site afin de tirer le maximum de sa visite à l’Olympic Club.