/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Vincent Guzzo et le Holdupgate

Hold-Up
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Vincent Guzzo diffuse à partir d’aujourd’hui Hold-up, un documentaire qui dénonce les mesures sanitaires.

Je n’écris pas cette chronique pour défendre le film, ou pour défendre le bien-fondé de le diffuser dans les cinémas Guzzo.

J’écris cette chronique parce que l’argument des anti-Hold-up qui disent que ce film ne devrait pas être diffusé « car il est bourré de mensonges » ne tient tout simplement pas la route.

Si on ne montre au cinéma que des films qui ne contiennent aucun mensonge, dont toutes les informations ont été vérifiées à la loupe et validées, il ne restera pas grand-chose sur nos écrans. 

  • Écoutez l'entrevue de Sophie Durocher avec Vincent Guzzo sur QUB radio:   

LES MENSONGES DE BEN AFFLECK

Vous vous souvenez du film Argo, qui racontait l’évasion des six diplomates américains qui s’étaient réfugiés dans l’ambassade canadienne au moment de la crise des otages en Iran en 1979 ? Le film était bourré de mensonges éhontés, de scènes inventées de toutes pièces ! Pourtant, le film prétendait être « basé sur une histoire vraie ». Et ce film, décrit comme « une fabulation complète » par ceux qui étaient là en 1979, a remporté... l’Oscar du meilleur film en 2014 !

Vous me dites que les documentaires, eux, sont plus rigoureux et ne mentent jamais, jamais, jamais ?

Vous vous souvenez du film Farenheit 9/11 du documentariste réputé Michael Moore ?

En 2004, le journaliste Christopher Hitchens a écrit dans Slate un long article intitulé Les mensonges de Michael Moore dans lequel il dénonce l’avalanche de mensonges du film de Moore : « Un film qui se base sur un gros mensonge et une fausse représentation ne peut que se construire sur une succession étourdissante de petites faussetés et des affirmations bourrées de contradictions ».

Je vous rappelle que Michael Moore a remporté la Palme d’or du Festival de Cannes en 2004 avec Farenheit 9/11.

Parlant de Moore, le dernier documentaire qu’il a produit, Planet of the Humans, est descendu en flammes par les environnementalistes qui affirment qu’il est... rempli de faussetés !

Vous me dites que le film Hold-up est dangereux, toxique, potentiellement nocif pour le public québécois ? Pourquoi alors a-t-il été classé « Général » par la Régie du cinéma ? Sur le site du ministère de la Culture, on précise bien que « si le Ministère estime qu’un film présente un réel danger pour l’ordre public, celui-ci ne sera pas classé. Sa présentation en public, sa vente ou sa location ne seront pas autorisées ».

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Dernière question : si le gouvernement Legault avait interdit la diffusion d’un documentaire qui dénonce la mauvaise gestion de la pandémie par des gouvernements incompétents, comment pensez-vous que les complotistes, qui voient des complots partout, auraient réagi ? En criant au complot ! Ça aurait amené de l’eau à leur moulin.

La meilleure façon de leur montrer que nous ne sommes pas des « moutons » qui se font dire quoi penser par les « merdias » et le vilain gouvernement, n’est-ce pas de diffuser ce documentaire, justement ?

FAITES VOS FILMS !

Au lieu de crier au boycottage des cinémas Guzzo, que ceux qui dénoncent la diffusion de Hold-up produisent un documentaire sur la pandémie répondant aux théories fumeuses par des contre-arguments scientifiques.

Je suis sûre que Vincent Guzzo se fera un plaisir de le diffuser dans ses cinémas. À condition qu’on puisse manger du popcorn en le regardant.