/portemonnaie
Navigation

Suitablee: quitter sa carrière d’ingénieur pour devenir créateur de mode

Coup d'oeil sur cet article

Dans la série «Se choisir contre l’avis de ses parents», Porte-monnaie a rencontré trois entrepreneurs montréalais tous issus de l’immigration. Alors qu’ils portent en eux le rêve de se lancer en affaires, l’obstacle de décevoir leurs parents qui ont tout sacrifié se dressent contre eux. Désirant à tout prix plaire à leurs géniteurs, ils poursuivent plutôt des études traditionnelles et une carrière stable avant de véritablement choisir leur voie. 

• À lire aussi: Prendre un risque en amour... et en affaires

• À lire aussi: RM Kandy: Délaisser l’entreprise familiale pour suivre sa propre voie

Jean-Sébastien et Jérémie Siow, des frères tous deux ingénieurs, ont laissé tomber leur salaire dans les six chiffres pour repartir à zéro en fondant Suitablee, une boutique montréalaise en ligne de tenues pour hommes sur-mesure. Ce changement de carrière a évidemment pris de court leurs parents. 

D’un père Chinois originaire de la Mauricie et d’une mère vietnamienne, Jean-Sébastien et Jérémie ont suivi une route tracée d’avance.  

«L’idée typique d’un asiatique, c’est qu’il est bon en maths et en sciences. On choisit toujours des métiers comme médecin, ingénieur, pharmacien... Mes parents voulaient que leurs enfants prennent le chemin le plus stable», raconte Jean-Sébastien. 

Toutefois, comme ingénieur, Jean-Sébastien réalise qu’il n’est pas heureux et ce, malgré son salaire enviable. Il décide donc de faire un compromis avec ses géniteurs. 

«J’ai travaillé comme consultant en ingénierie. J’ai dit à mes parents que ce n’était pas pour moi. Pour les rassurer, j’ai poursuivi une maîtrise en administration des affaires à HEC Montréal. J’ai travaillé un peu pour ramasser des sous», se souvient-il.  

Des parents qui se rendent à l’évidence 

Il y a donc presque six ans, Jean-Sébastien fait une concession pour démarrer Suitablee avec son frère. 

«Quand on a approché nos parents, on a convenu que Jérémie allait rester à son emploi, question de rassurer nos parents», révèle Jean-Sébastien.  

«C’est ce qu’il a fait pendant deux ans et moi j’ai décidé d’y aller full-time pour la compagnie. Quand les choses ont commencé à bien aller, il a laissé son emploi à temps plein », relate le chef d’entreprise.  

Devant le fait accompli, les parents de Jean-Sébastien et Jérémie n’ont eu d’autre choix que de se rendre à l’évidence que leurs fils étaient destinés à une carrière mariant créativité et monde des affaires. 

« Finalement comme tous parents immigrants, ils nous ont beaucoup supporté. Ma femme venait d’accoucher et mes parents étaient là pour les petits », se rappelle Jean-Sébastien, qui n’a pas oublié les débuts difficiles. 

« Jérémie et moi avons des personnalités flamboyantes. On s’entend très bien et on est très semblables. Nous sommes des passionnés de la mode », soutient-il.   

Diversité dans l’industrie de la mode 

Le manque de diversité dans le milieu de la mode est flagrant aux yeux du duo fondateur de Suitablee. 

« Je trouve que psychologiquement, le monde n’est pas prêt à voir un modèle asiatique. Je me souviens qu’au début de la compagnie, sur Instagram, on n’avait pas les ressources pour engager des mannequins et on engageait nos amis au lieu de se mettre nous de l’avant », dévoile-t-il.  

Toutefois, avec les mouvements comme Black Lives Matter et Stop Asian hate, les frères désirent changer les choses. 

« Dans les dernières semaines, j’ai vraiment poussé notre image. On s’est habitués à s’accepter, même si on n’est pas habitués de voir un visage asiatique dans un brand fashion », admet-il. 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux