/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le député Roy passera-t-il à la CAQ?

Coup d'oeil sur cet article

Les rumeurs vont bon train: plusieurs pensent que le député de Bonaventure, Sylvain Roy, ne restera pas indépendant longtemps.

Celui qui vient de claquer la porte de sa famille du Parti québécois semblait se faire ouvertement courtiser par le premier ministre du Québec en juillet 2020.

En tournée en Gaspésie, François Legault ne s’était pas gêné pour publier une photo avec Sylvain Roy en mentionnant qu’il avait eu une rencontre très chaleureuse avec son collègue. Il ajoutait même que le député péquiste avait de bonnes idées pour rendre la Gaspésie encore plus attrayante!

Sylvain Roy traversera-t-il la clôture?

L’attrait du pouvoir pourrait être intéressant pour ce député qui a presque toujours siégé dans l’opposition. N’empêche que les transfuges ne sont pas fréquents à l’Assemblée nationale, mais la CAQ a de l’expertise en la matière.

Les trois derniers transfuges remontent à 2011 et à 2012, et c’étaient justement trois députés du Parti québécois, François Rebello, Daniel Ratthé et Benoit Charette qui avaient écouté le chant des sirènes de François Legault.

Évidemment, c’est toujours un coup dur pour le Parti qui perd un député, mais c’est souvent aussi une trahison pour les électeurs du comté qui n’ont pas voté pour l’homme, mais davantage pour le Parti qu’il représentait. 

Remarquez que, dans ce cas-ci, la circonscription de Bonaventure n’est pas la plus péquiste de la Gaspésie. Avant l’élection de Sylvain Roy, ce comté avait presque toujours été libéral depuis 1956, à l’exception de 1994 à 1998. C’était la circonscription de Gérard D. Lévesque et de Nathalie Normandeau. 

Sylvain Roy attendra-t-il les élections générales de 2022 s’il souhaite porter les couleurs de la CAQ ou cédera-t-il à la tentation du parti au pouvoir qui pourrait se vanter d’avoir un 76e député? Les paris sont ouverts!